AI Paris Awards : les start-up récompensées sont...

AI Paris Awards : les start-up récompensées sont... La première édition des AI Paris Awards a récompensé deux start-up spécialistes de l'intelligence artificielle, dans les catégories meilleur usage et meilleure techno. Une troisième a été nommée coup de cœur du jury.

Après une joute verbale acharnée, qui s'est déroulée sur scène le 7 juin à midi au salon AI Paris à la Cité universitaire internationale, deux start-up ont été distinguées dans le cadre des AI Paris Awards. Allo Media a reçu le prix du meilleur usage et DC Brain celui de la meilleure technologie. Elles ont pitché chacune face à un autre finaliste, Tellmeplus dans la catégorie "usage", et Smart Me Up dans la catégorie "techno". Le public de ces duels oraux a voté en direct pour ses projets favoris. La start-up Arterys a par ailleurs été nommée coup de cœur du jury.

Allo-Media, award du meilleur usage

Fondée en 2011 et basée à Paris, Allo-Media a développé le Cookie Vocal, un système IA commercialisé depuis octobre 2016. Ce logiciel est destiné aux agences médias, marketing et aux annonceurs. Grâce à sa technologie de reconnaissance vocale, il permet à ses utilisateurs d'analyser le contenu d'une conversation téléphonique, d'en extraire des données et de les intégrer à un système CRM classique. Le Cookie Vocal donne à ses clients l'opportunité d'effectuer du reciblage publicitaire basé sur le contenu d'une conversation et de mesurer les conversions téléphoniques générées par une campagne. Huit grands comptes ont déjà signé avec la jeune pousse qui a levé 3,5 millions d'euros. Allo-Media teste son produit chez Nextdoor, SeLoger, Voyage-prive.com et a effectué un déploiement à grande échelle chez le courtier SPB en avril 2017.

DC Brain, award de la meilleure techno

DC Brain a gagné le prix de la meilleure technologie avec sa solution d'intelligence artificielle qui vise à résoudre les problématiques des gestionnaires de réseaux complexes, comme l'eau, le gaz, l'électricité, la vapeur ou encore la logistique. Ces entreprises essayent d'équilibrer et d'optimiser leurs flux. La solution DC Brain traite avec des algorithmes les données collectées en direct sur leur infrastructure. Elle permet de piloter ces réseaux, de minimiser leur consommation d'énergie (objectif de 5% de baisse chez un client confidentiel), d'optimiser les processus de maintenance, de détecter automatiquement des anomalies et de scénariser l'évolution de l'activité du client. Cette entreprise parisienne, créée en 2014, a travaillé l'équivalent de 2 000 jours homme sur sa R&D et y consacre 30% de son chiffre d'affaires.

Arterys, le coup de cœur du jury

La société Arterys, fondée en 2007 et basée à San Francisco, est le coup de cœur du jury des AI Paris Awards. Elle a développé Deep Ventricule, un logiciel d'automatisation des IRM du cœur basé sur le deep learning. Cet examen médical permet aux radiologues de comprendre comment fonctionne le système cardiaque de leurs patients, de savoir à quel rythme bat leur organe... Les médecins segmentaient traditionnellement à la main, ou grâce à des outils semi-automatiques, les images enregistrées pour distinguer par exemple le ventricule gauche du ventricule droit. Grâce à cette IA de reconnaissance visuelle, ce process est automatisé. La solution a été approuvée par les autorités compétentes en Europe (marquage CE) et aux Etats-Unis (approbation de la Food and drug administration).

Tellmeplus, finaliste usage

Fondée en 2011 et basée à Saint-Clément-de-Rivière (Hérault), la jeune pousse Tellmeplus a été sélectionnée par le jury pour la catégorie usage car elle a développé le logiciel Predictive objects for intelligent vehicle. Embarqué dans une voiture ou un camion, il est capable de prévoir les pannes trois à sept jours à l'avance en analysant en direct les données du moteur, des freins ou encore de la batterie et en les croisant avec des informations sur le style de conduite du véhicule et des data exogènes, comme la météo ou le trafic. Ces calculs peuvent être réalisés sans connexion internet. Predictive objects for intelligent vehicle transmet ensuite automatiquement le bilan à un garage et fixe un rendez-vous, avant que la panne n'ait effectivement lieu.

Smart Me Up, finaliste technologie

Smart Me Up a développé un logiciel de reconnaissance visuelle léger, qui peut facilement être embarqué dans un objet connecté comme une caméra de surveillance, afin de lui donner une intelligence quasi-humaine, promet la jeune pousse. Cette IA analyse un film en direct. Elle est capable de s'adapter à un contexte donné et d'apprendre à repérer certaines situations en fonction des images qu'elle ingère. Elle est par exemple utilisée dans une centaine de gares de la SNCF pour détecter les événements anormaux, comme les mouvements de foule. Fondée en 2012 et basée à Meylan (Isère), l'entreprise a levé 2 millions d'euros depuis sa création.

Reconnaissance vocale / Intelligence artificielle