Joe Gebbia (Airbnb) "Airbnb fera tout pour clarifier les règles de location des résidences principales"

Après avoir défendu un utilisateur d'Airbnb attaqué par la ville de New York, le cofondateur d'Airbnb revient sur la polémique.

JDN. La location de courte durée a toujours existé. Comment qualifiez-vous votre valeur ajoutée ?

airbnb2
Joe Gebbia, cofondateur et directeur des produits d'Airbnb. © Hugo Sedouramane / JDN

Joe Gebbia. Chaque personne, dans chaque pays, peut partager sa maison sur Airbnb. En tant que designer, j'ai toujours été convaincu que mon métier était de résoudre des problèmes. Et notre plateforme permet de répondre aux besoins des touristes qui souhaitent être immergés dans une culture locale durant leurs voyages. L'idée était de créer un produit simple ne nécessitant aucun effort pour l'utilisateur. Nous avons beaucoup travaillé à l'élimination de toute complication que d'autres sites peuvent apporter. Airbnb apporte également d'importants bénéfices économiques aux individus, en leur permettant d'améliorer leurs revenus. Chose pertinente au regard d'un taux de chômage important qui frappe par exemple certains pays d'Europe.

 

Un utilisateur du service a été condamné à New-York. Pourquoi l'avoir défendu jusqu'à payer vos propres avocats dans cette affaire ?

Ce cas est un cas isolé. A chaque fois qu'il y a une mutation technologique dans un marché, le système met du temps pour s'y adapter. Il a par exemple fallu une décennie pour que les distributeurs de billets soient autorisés dans l'ensemble des Etats-Unis.

L'interprétation qui a été faite dans cette affaire nous a inquiété. Notre objectif est de trouver un moyen de clarifier la loi. Tous les jours à New-York, des personnes louent de l'espace  dans leur résidence principale, qu'ils passent par Airbnb ou non. On fera tout ce qui est en notre pouvoir pour clarifier les règles de location des résidences principales. En ce qui concerne les résidences secondaires, la question est plus complexe puisque la loi varie en fonction des villes.

 

La sharing economy, c'est une évolution des modèles, ou une révolution ?

"On peut facilement comparer la sharing economy à la révolution industrielle"

Le propre de la sharing economy est de faire rencontrer des gens qui ont un besoin et ceux qui peuvent répondre à ce besoin. Je pense que l'on peut facilement comparer la sharing economy à la révolution industrielle où d'innombrables ruptures se sont installées. Cette révolution industrielle a été le terreau de l'économie internationale. Pendant un siècle, nous avons fabriqué des produits. Nous allons passer le siècle suivant à les partager. D'autant que si on continue à avoir le même rythme de consommation qu'au cours du siècle précédent, il nous faudra plus de deux planètes comme la nôtre pour assouvir nos besoins à la fin du 21ème siècle.

 

Vous comptez de nombreux concurrents dont certains importants comme Housetrip. Comment comptez-vous rester compétitif ?

C'est un compliment pour nous que de voir notre modèle copié. Ce qui nous différencie, c'est l'intention de la société. Nous vendons de la confiance et nous comptons le faire durant des décennies. Et je pense que les consommateurs sont aujourd'hui conscients de ce qui différencie une marque entreprise qui surfe sur une vague d'une autre qui souhaite construire une marque qui aura un impact sur toute une génération. Il y a une douzaine d'eBay dans le monde, mais aujourd'hui il n'y a qu'une place de marché qui est leader.

 

Vous avez levé 120 millions de dollars. La prochaine étape sera-t-elle une introduction en bourse ?

Nous nous sommes largement inspirés des success stories comme Apple, Walt Disney etc., mais je ne qualifierai pas mon succès en fonction des performances d'une IPO. J'aurai le sentiment d'avoir réussi le jour où l'éditeur en chef du Webster's Dictionary me téléphonera en me disant qu'il doit mettre à jour le mot "famille" dans le dictionnaire. Je m'explique : un résident de Londres, qui pendant les émeutes est resté cloîtré chez lui pendant une semaine, a reçu sept appels téléphoniques de différentes personnes qu'il avait plus tôt hébergé chez lui via Aribnb. Pour moi, le pouvoir de mettre en relation des personnes qui deviennent ensuite des proches redéfini la notion de famille.

 

Diplômé du MIT, de l'Université de Brown et de l'école de design de Rhode Island, Joe Gebbia débute sa carrière en juin 2005 dans le design industriel chez Kaiju Studia puis rejoint Chronicle Books jusqu'en novembre 2007. Il cofonde Airbnb en 2008 et en devient le directeur des produits.

Juridique / Sharing economy