Periscope-Meerkat : le nouveau cauchemar des ayants-droit ?

Periscope-Meerkat : le nouveau cauchemar des ayants-droit ? Tandis que Meerkat et Periscope profitent d'un buzz phénoménal, les ayants-droit s'inquiètent des risques en termes de piratage générés par ces applications.

Dans un monde plus que jamais orienté vers le "mobile-first", le live-streaming en vidéo éveille la curiosité et séduit. Depuis quelques semaines, deux applications mobiles, Meerkat et Périscope se disputent le marché. Leur principe est simple : toutes deux permettent de diffuser des vidéos en instantané par le biais d'un smatphone sur les réseaux sociaux. Lancé en Février dernier, à peine un mois avant le rachat de Periscope par Twitter, Meerkat a brièvement profité du buzz qu'il avait créé à SXSW et qui l'a fait connaître dans le monde entier. Un buzz qui lui avait permis de collecter pas moins de 500 000 utilisateurs uniques selon différentes estimations.

Periscope, quant à lui, n'a pas perdu de temps et s'est placé dans le top 20 de l'Apple Store, quand Merkaat en disparaissait. Et pour une simple raison : lors du lancement de Périscope, Twitter a pris soin de bloquer quelques fonctionnalités de son API (importation du carnet de contacts, accès au fil Twitter sur l'application) à Meerkat afin de permettre à son propre service de croitre sans obstacles. Exemple à l'appui : selon AppAnnie, on remarque bien que la popularité de Meerkat sur l'AppStore a chuté une fois que Périscope a été promu par Twitter.

meerkat2
La position de Meerkat a chuté dans l'App Store aux US après le blocage par Twitter © Appannie

Madonna fait la promotion de son nouveau clip sur Meerkat

Mais que Meerkat se rassure. Profitant du soutien de nombreux peoples. Preuve du buzz et du fort développement des usages, Madonna choisit Meerkat pour relayer la diffusion en avant-première de son nouveau clip Ghosttown. Pas plus tard que mercredi, l'Elysée a utilisé Periscope pour diffuser un direct durant la visite du Président tunisien Béji Caied Essebsi à Paris. Pour les artistes et les créateurs, intégrer la vidéo en live-streaming leur permet de s'inspirer d'une toute nouvelle façon de s'engager avec leurs fans et de les inciter aux échanges collaboratifs.

Reste que le concept n'est pas sans risque et pose de nouvelles problématiques de droit d'auteur et de protection de la vie privée. En particulier avec Meerkat. Une solution permettant de diffuser une vidéo directement sur Youtube vient en effet de voir le jour et ceci grâce à un simple hashtag : #KATCH. Le principe est simple: il suffit d'enregistrer une vidéo sur l'application mobile, de la tweeter en prenant soin de mentionner le hashtag #KATCH et la vidéo est automatiquement téléchargée sur Youtube. Diffuser ainsi sa propre vidéo simplement et directement sur Youtube, c'est pratique. Mais il est aussi facile de diffuser celles des autres, ou des films dans des salles de cinéma ou des spectacles vivants.

Les producteurs de Game of Thrones anticipent le risque

Ces limites juridiques sont prises d'autant plus au sérieux quand elles visent directement l'industrie du divertissement. Comme le craignent les producteurs de Game of Thrones, par exemple, la série la plus téléchargée illégalement en 2014. Ces derniers craignent l'effet la menace de Periscope et Meerkat pour la sortie de la 5ème saison prévue le 12 avril sur HBO. Selon NBC, son diffuseur HBO, a mis en place des plans anti-piratage mais ne veut en aucun cas les divulguer pour éviter la "contre-productivité" du problème.

Après le Peer to Peer et le direct download, des applications mobiles comme Meerkat et Periscope ouvrent un nouveau front dans la lutte contre le piratage, dont l'ampleur sera proportionnelle à l'adoption qui sera faite de ces services. Affaire à suivre ...

Annonces Google