Google Home : -50% sur les Google Home Mini chez Fnac et Darty

Google Home : -50% sur les Google Home Mini chez Fnac et Darty Les deux enseignes françaises commercialisent la version d'entrée de gamme de l'enceinte connectée de Google à 29 euros.

[Mis à jour le 16 juillet 2018 à 14h25]  Les 16 et 17 juillet, la Fnac et Darty commercialisent le Google Home Mini, la version d'entrée de gamme de l'enceinte connectée de Google, à moitié prix, c'est-à-dire environ 29 euros. 

Google veut que vous l'invitiez chez vous. Pour cela, le groupe a créé Google Home, un haut-parleur intelligent cylindrique doté de deux micros et de quatre Led. Cet objet connecté, lancé aux Etats-Unis en novembre 2016 et en France le 3 août 2017, est relié à un assistant virtuel baptisé Google Assistant, une intelligence artificielle capable de répondre aux questions vocales mais aussi écrites de ses propriétaires. L'enceinte communicante est alors capable d'aider ses utilisateurs dans de multiples taches de leur vie quotidienne, comme le montre la vidéo ci-dessous : allumer automatiquement la lumière, mettre une playlist sur Spotify, écouter les infos,...

Le volume d'expéditions de Google Home dépasse pour la première fois celui des enceintes d'Amazon. Selon une étude de Canalys, Google a écoulé 3,2 millions de Google Home et Google Home Mini au premier trimestre 2018, contre 2,5 millions de terminaux Echo livrés par Amazon. Au total, le marché global des enceintes intelligentes est estimé par Canalys  à 9 millions d'unités vendues sur les trois premier mois de l'année, en hausse de 210% sur un an (voir les détails dans le tableau ci-dessous). 

Google Home en France

Google Home est disponible en France depuis août 2017 au prix de 140 euros (contre 129 dollars pour la version US). Il est distribué en ligne, via le Google Store et sur le site de Darty, mais aussi en magasin via le réseau de distribution de Fnac-Darty avec trois mois d'abonnement offerts à Deezer. L'assistant personnel est le premier disponible en Français en attendant l'arrivée d'Amazon Echo et de le HomePod d'Apple, notamment (en attendant celui de Facebook ?). L'enceinte est équipée de Google Assistant, l'aide intelligente de Google qui vous permet d'accéder à une panoplie de services par la voix. Comme par exemple programmer son réveil, effectuer des achats, connaître la météo, commander un VTC, ou tout simplement faire une recherche sur la web. Pour connaître la liste exhaustive de ces services Google a lancé un site les référençant : "Explorez les fonctionnalités de Google Home

Google a donné sur son blog les noms de ses partenaires tricolores dont les services sont disponibles sur l'appareil depuis sa sortie. Les clients d'Alphabet pourront écouter la radio avec Europe 1, les différentes stations de Radio France, (Franceinfo, France Inter, France Bleu, France Culture, France Musique, Fip, Mouv') ou encore RTL. Google a également signé des accords avec des entreprises internationales. Google Home permettra de contrôler l'éclairage, les thermostats et les interrupteurs de marques telles que LIFX, Nest, Philips Hue ou encore Wemo. En outre, les aspirateurs connectés de l'américain Neato Robotics seront compatibles avec la version française du haut-parleur intelligent d'Alphabet, a annoncé le fabricant.

Pour découvrir Google Home, voici une sélection de tests :

Prix de Google Home

Google Home a été commercialisé au tarif de 129 dollars pièce au moment de son lancement aux Etats-Unis. L'objet connecté coûte 50 dollars de moins que son challenger numéro un, Amazon Echo, pour lequel les premiers clients ont dû débourser 179 dollars. En France, il est tarifé 140 euros.

Google Home Mini et Google Home Max

La multinationale a également lancé en octobre 2017 aux Etats-Unis deux enceintes connectées, Google Home Mini et Google Home Max, musclant sa gamme Home qui ne comptait jusqu'à présent qu'un seul appareil. Google Home Mini est commercialisée en France depuis octobre 2017. Il est disponible notamment sur le Google Store, ou encore sur les sites de Cdiscount et Darty. Contrairement à ce qu'avaient annoncé certaines rumeurs avant la sortie du produit, l'appareil, trop énergivore pour fonctionner sur batterie, est finalement équipé d'un câble d'alimentation. Google Home Mini, présenté dans la vidéo ci-dessous, est vendu en trois couleurs au choix : blanc, gris foncé et rouge corail. Toutes les fonctions de Google Assistant, l'IA vocale développée par Google, sont disponibles avec cette enceinte, malgré sa petite taille.

Avec cet objet connecté, Google s'attaque frontalement à Amazon et à son haut-parleur intelligent low-cost Echo Dot. Le petit dernier d'Alphabet, qui ne mesure que 42 millimètres de hauteur pour 98 millimètres de diamètre, est commercialisé 59 euros, alors que Google Home coûtait 100 euros. Reste que la version mini d'Echo ne coûtait, elle, que 49 dollars lors de son lancement.

Quant à Google Home Max, il n'est pas encore disponible en France. Son lancement dans l'Hexagone devrait avoir lieu d'ici la fin de l'année. Aux Etats-Unis, il  a été commercialisé en décembre 2018. Cette version grand format du Home de base vise cette fois-ci à défier Apple et son HomePod, dont la qualité sonore a été maintes fois soulignée. Google Home Max est équipé de deux haut-parleurs de près de 11,5 centimètres et diffuse, dixit Alphabet, des ondes sonores 20 fois plus puissantes que la version basique de Home. Cet équipement domotique haut de gamme, présenté dans la vidéo ci-dessous, est tarifé 349 dollars outre-Atlantique. En France, son prix pourrait s'élever à quelque 400 euros.

Assistant Google Home

Google a équipé son haut-parleur connecté d'une IA conversationnelle baptisée Google Assistant. Cet assistant intelligent décrypte, grâce à une technologie d'analyse du langage naturel, les demandes de son utilisateur et y répond avec sa voix synthétique. Le logiciel est capable de distinguer jusqu'à six personnes différentes vivant dans une même habitation, de stocker leurs données personnelles de manière distincte et de leur répondre en fonction de leurs recherches propres. Ce majordome numérique a été présenté par Alphabet lors de sa conférence Google I/O en mai 2016.

Mais l'IA de Google n'est pas seulement présente dans son enceinte communicante : le groupe veut qu'elle soit intégrée à un maximum d'appareils. Elle est donc fournie automatiquement dans l'ensemble des smartphones équipés de l'OS Android 6 et des suivants ainsi que dans plusieurs versions du système d'exploitation IoT de la société, Android Wear. Tous les téléphones et bracelets connectés fonctionnant avec ces OS sont dotés de Google Assistant par défaut, comme l'a fait Apple avec son IA Siri, présente automatiquement sur tous les iPhone depuis la sortie du 4S en octobre 2011. Alphabet espère ainsi collecter un maximum de data sur les internautes et les monétiser un jour.

La multinationale est même allée plus loin en ouvrant, fin avril 2017, le kit de développement de son assistant virtuel aux développeurs tiers. Son IA peut désormais être intégrée à n'importe quel objet connecté. Pour annoncer cette évolution de sa politique, Alphabet a tissé un partenariat avec le studio d'innovation Deeplocal. Les deux structures ont travaillé ensemble pour équiper un bar à cocktail robotique "do it yourself" de Google Assistant, afin qu'il soit capable de discuter avec ses utilisateurs pendant qu'il leur prépare leur mixture, comme le montre la vidéo ci-dessous.

Par ailleurs, Google a annoncé une série de nouveautés à venir dans Google Assistant. Alors que l'application prend déjà en charge huit langues, la firme de Mountain View entend l'étendre à plus de trente d'ici la fin de l'année. Le groupe évoque notamment  le danois, le néerlandais, l'hindi, l'indonésien, le norvégien, le suédois et le thaïlandais. Autres évolutions évoquées : le développement des alertes géolocalisés ou le support du multilinguisme (pour permettre à un même utilisateur de recourir à plusieurs langues). Enfin, Google compte introduire la possibilité d'associer plusieurs actions à une même commande vocale.  "La phrase 'Hé Google, je rentre à la maison' pourra par exemple déclencher l'allumage de l'éclairage intérieur, la lecture de votre musique préférée ou encore le rappel des choses à faire à votre domicile", explique Google (voir le post de cette annonce). 

Okay Google

L'assistant intelligent de Google Home n'écoute pas en permanence ses utilisateurs. Pour le réveiller, ils doivent prononcer l'expression "Okay Google", "Hey Google" (ou "OK Google" dans la version française). L'appareil capte la phrase que son propriétaire prononce juste après cette formule sésame. Elle est analysée en une fraction de seconde par le logiciel d'IA, qui essaye d'apporter une réponse aussi satisfaisante que possible.

Google équipe cependant ses enceintes intelligentes (Google Home, Google Mini et Google Max) d'une fonction de conversation continue.  Pour l'heure disponible uniquement en  langue anglaise, elle permet de s'adresser au haut-parleur en enchaînant plusieurs questions sans avoir à prononcer "Hey Google" entre chacune. Par exemple : "Hey Google.  Quel temps fait-il aujourd'hui ? Et demain ? Peux-tu ajouter un parapluie à ma liste de courses ? Et rappelle-moi de mettre mon imperméable demain. Merci." 

Dans une interview à Variety, Rishi Chandra, vice président du management produit de Google, a par ailleurs confirmé la volonté du groupe californien d'équiper les futurs modèles de ses enceintes Google Home d'un écran. Un dispositif qui permettra d'utiliser ces terminaux pour accéder à internet via un navigateur classique ou passer des appels vidéo, par exemple. 

Applications Google Home

Nombre d'applications, construites directement par Alphabet ou proposées par des tiers, sont désormais disponibles via le haut-parleur intelligent de Google. L'entreprise permet, depuis décembre 2016, aux développeurs extérieurs au groupe de créer ce qu'elle appelle des "conversations actions", des mini-bots donnant accès à de nouvelles fonctionnalités. Les services de musique en streaming Spotify, Deezer et SoundClound sont compatibles avec l'enceinte. Il est également possible de faire afficher sur son téléviseur les réponses fournies par l'appareil en passant par le dispositif Chromecast. 

Pour lancer ces applications vocales, l'utilisateur doit réveiller l'appareil en disant "Okay Google" puis prononcer une phrase donnée afin de démarrer l'app. L'appareil est par exemple capable de se connecter au calendrier Google de son propriétaire pour lui donner au saut du lit le programme de sa journée ou de lui lire les dernières actualités. Il suffit de lui demander "tell me the news" ou "catch me up" ("donne-moi les dernières nouvelles", en français).  Plusieurs services tiers ou internes de streaming de musique sont disponibles sur Google Home :

  • Google Play Music,
  • YouTube Music (Etats-Unis uniquement),
  • Spotify,
  • Pandora  (Etats-Unis uniquement),
  • TuneIn,
  • iHeartRadio,
  • Photo Spotify/Google Home.
Google Home est relié à Spotify. © Capture site Google

L'appareil est également capable de commander une série d'appareils domotiques, comme l'explique Alphabet sur la page support de Google Home :

  • Thermostats Nest
  • Philips Hue
  • Samsung SmartThings
  • Honeywell
  • Belkin Wemo
  • Wink
  • TP-Link
  • LIFX
  • Best Buy Insignia
  • If This Then That, par IFTTT
  • Osram
  • Lowes Iris
  • Lutron Caseta
  • iHome
  • Emberlight
  • Leviton
  • Artik Cloud
  • iDevices
  • NuBryte
  • Universal Devices
  • Mobilinc

Google Home vs Amazon Echo

Google est un challenger sur le marché du haut-parleur connecté : le pionnier du secteur est le groupe de e-commerce américain Amazon, qui a lancé son Amazon Echo aux Etats-Unis dès juin 2015. Les consommateurs ont largement adopté le produit dans le pays : la compagnie de Jeff Bezos en a écoulé plus de 20 millions fin 2017. Cet objet connecté est un prolongement naturel de la stratégie d'Amazon. Il permet aux consommateurs de commander des produits très facilement sur le site de vente en ligne, en prononçant quelques phrases, et génère donc une augmentation du chiffre d'affaires de l'entreprise.

Moins évident pour Google, dont le business model est basé sur la publicité, de monétiser une enceinte connectée. Les internautes acceptent qu'une portion de leur écran soit occupée par de la réclame, vendue par le moteur de recherche à ses clients. Il est en revanche moins évident qu'ils tolèrent la pollution publicitaire de leur espace sonore domestique.

D'autres entreprises convoitent aussi ce nouveau marché. Apple donnera le coup d'envoi de la commercialisation de son HomePod le 9 février aux Etats-Unis, en Australie et au Royaume-Uni. Les précommandes sont ouvertes depuis le 26 janvier.  Quant au lancement de l'enceinte connectée en France, elle doit avoir lieu au printemps. Harman Kardon a lui aussi lancé une enceinte connectée en partenariat avec Microsoft. L'appareil appelé Invoke est commandé vocalement par l'IA conversationnelle du géant de l'informatique Cortana.

Caractéristiques techniques

Voici dans le tableau ci-dessous la liste des caractéristiques techniques de Google Home, énumérées par le moteur de recherche sur le site dédié.

Caractéristiques techniques de Google Home
Diamètre 9,64 cm
Hauteur 14,28 cm
Poids de l'appareil 477 g
Poids de l'adaptateur 130 g
Formats audio supportés HE-AAC, LC-AAC, MP3, Vorbis, WAV, FLAC, Opus
Réseau Wifi
Haut-parleur Double récupérateur passif et télédétection de la voix
Ports DC power jack, micro-USB
OS Android 4.2 et suivants, iOS 8.0 et suivants
Mises à jour Automatiques à distance

Et aussi :

Annonces Google