IoT : après les POC, l'heure est à la monétisation

IoT : après les POC, l'heure est à la monétisation Avant de déployer leurs projets IoT à grande échelle, les entreprises veulent s'assurer un retour sur investissement. Quelquefois même en commercialisant leurs nouvelles solutions.

Pour une entreprise, déployer l'IoT à grande échelle peut coûter cher et les gains attendus être insuffisants pour justifier une telle dépense. Alors pour rentabiliser leurs projets, certains groupes ont eu une idée : vendre leurs solutions internes à d'autres entreprises. Par exemple, Siemens propose avec sa plateforme IoT MindSphere un système d'exploitation pour connecter les machines et réaliser une maintenance prédictive. Après avoir utilisé la solution dans son usine à Neustadt, en Allemagne (où Siemens a réduit les temps d'arrêt des lignes de production de 10%), l'entreprise l'a commercialisée à ses clients. Parmi eux, la société allemande d'équipement électrotechnique, électronique et informatique Rittal, qui a pu réaliser une économie sur sa maintenance de l'ordre de 30%. "Avec la fin des preuves de concept en interne et l'industrialisation des projets IoT, les entreprises se posent désormais la question du modèle d'affaires", constate Olivier Genelot, directeur d'Axians, filiale de Vinci Energies. La réponse est donc la monétisation des projets IoT.

De nombreux avantages en découlent. "Cela nous a permis de renforcer notre relation client sur le long-terme, d'analyser la manière dont nos solutions sont utilisées et de bénéficier d'un nouveau relais de croissance", énumère Pierre-Yves Noel, cloud services owner chez Alcatel Lucent Enterprise, qui a adapté il y a deux ans son offre de téléphonie pour aboutir à un modèle centré sur le client grâce à l'IoT. Ainsi, pour une chaîne hôtelière partenaire, Alcatel Lucent Enterprise détecte les chambres occupées aux moyens de capteurs et facture son client à l'usage, en recourant aux services d'abonnement de l'éditeur Zuora. "Nous voulions vendre autrement car nous avons remarqué que nos clients veulent payer pour un résultat, et non plus pour une technologie", confie Pierre-Yves Noel. Alcatel Lucent Enterprise travaille actuellement sur un projet de "safecampus" : en cas d'intrusion sur le campus, un membre de l'équipe pédagogique appuie sur un objet connecté, ce qui déclenche une série d'actions par les services de téléphonie (alerte auprès des forces de l'ordre, sms d'évacuation envoyé aux étudiants…) orchestrées depuis la plateforme cloud d'Alcatel.

Les étapes de la monétisation

Autre exemple avec la société de location de matériels de chantier Newloc, qui a lancé un premier projet IoT de grande ampleur en connectant 2 000 de ses 5 000 matériels. L'entreprise y a associé un service de réservation et de suivi de consommation. "Nous gérons un parc de matériel d'une valeur de 100 millions d'euros. Nous voulions avoir un œil dessus pour éviter les vols. En plus de la géolocalisation et de l'état de fonctionnement des machines afin d'en prévoir la maintenance, les capteurs nous remontent des informations sur leur consommation", détaille Sylvain Gralepois, responsable de projet. Newloc donne désormais accès à son planning de location et délivre des conseils pour optimiser la consommation des machines louées.

Pour y parvenir, Newloc s'est appuyée sur l'offre Ready4Business de l'éditeur open-source Smile  et du fabricant RF-Track, qui aide les entreprises à valoriser leurs données. "La monétisation est un sujet nouveau, l'offre vise à accompagner les entreprises pour leur mettre le pied à l'étrier", explique Christophe Brunschweiler, directeur embedded & connected systems chez Smile. De son côté, Fabrice Tocco, cofondateur de la place de marché Dawex, observe aussi une incertitude au sein des entreprises sur la manière de procéder à la monétisation d'un projet IoT et conseille de bien cartographier les usages. "L'IoT est un moyen d'obtenir la donnée qui entoure l'utilisateur. Il est ainsi essentiel de savoir précisément quelle donnée valoriser, quelle valeur en est attendue et auprès de quels clients", recommande-t-il. Preuve de la maturité naissante des entreprises, il note l'émergence du poste de data monétiseur sur le marché.

Selon le consortium Industrial Internet (IIC), les économies générées par les solutions d'IIoT rendent évidente les offres de monétisation. "Dans l'industrie ferroviaire par exemple, l'IIoT engendre des gains de productivité de l'ordre de 27 milliards de dollars. Dans la santé, cela se chiffre à 63 milliards de dollars. L'IIoT n'est pas seulement une technologie, c'est une véritable opportunité business", affirme Stephen Mellor, chief technical officer au sein du consortium. Le marché de la monétisation des données devrait se développer pour atteindre une valorisation de 708,86 milliards de dollars d'ici 2025, selon un rapport réalisé en 2018 par la société Transparency Market Research.

Et aussi : 

IoT : après les POC, l'heure est à la monétisation
IoT : après les POC, l'heure est à la monétisation

Pour une entreprise, déployer l'IoT à grande échelle peut coûter cher et les gains attendus être insuffisants pour justifier une telle dépense. Alors pour rentabiliser leurs projets, certains groupes ont eu une idée : vendre leurs solutions...