Cette citation de Bill Gates résume ce que tout le monde pensait de Steve Jobs

Cette citation de Bill Gates résume ce que tout le monde pensait de Steve Jobs Le cofondateur de Microsoft restitue en une phrase la complexité du défunt cofondateur d'Apple, pétri de qualités professionnelles et de défauts humain.

La quête pour comprendre le défunt cofondateur d'Apple, Steve Jobs, est très étrange. D'une part, il se dévouait corps et âme à la pratique de la méditation Zen. D'autre part, il était perçu comme un dirigeant tyrannique qui avait l'habitude d'utiliser l'intimidation pour manager son équipe (et tous ceux qui se placaient sur son chemin). Bill Gates, cofondateur de Microsoft, était fasciné par son homologue et frenemy (ami et ennemi, ndlr) de longue date d'Apple. D'après la biographie de Steve Jobs écrite par Walter Isaacson, Bill Gates jalousait son légendaire talent d'orateur et sa capacité à captiver un public.

Mais, selon lui, Steve Jobs était aussi quelqu'un de "fondamentalement étrange" qui présentait de "véritables défauts en tant qu'être humain" et qui ne pouvait interagir avec les autres que de deux manières différentes. D'après Bill Gates, le cofondateur d'Apple était "toujours dans l'état d'esprit de vous dire que vous étiez merdique ou bien de vous séduire".

Steve Jobs était notoirement colérique et remarquablement peu soucieux des sentiments de son interlocuteur. Il a viré l'homme à la tête de MobileMe, l'application de cloud au parcours tumultueux, devant une foule d'employés d'Apple. Quand un fournisseur de puces manquait de respecter une commande, Steve Jobs détalait pour aller interrompre une de leur réunion en personne et hurler qu'ils étaient des "putains de connards sans couilles".

La colère faisait parfois partie de son approche de séduction.

A cause de son extrême sensibilité, il sait exactement comment efficacement blesser quelqu'un. Et il fait ça très bien.

En 1981, leur rival Xerox a lancé le Star, un ordinateur censé prendre le marché d'assaut. Steve Jobs s'est rendu aux locaux de Xerox pour l'essayer, mais ne fut pas impressionné. A raison, puisque le Star fut un échec total.
Quelques semaines après sa visite, le cofondateur d'Apple a appelé Bob Belleville, un des designers du Star. "Tout ce que tu as fait dans ta vie est merdique", lui a-t-il lancé, "pourquoi ne viendrais-tu pas travailler pour moi ?".

Les psychologues possèdent un terme pour qualifier ce type d'attitude : le narcissisme. Les personnes narcissiques ont un besoin perpétuel de validation, une volonté de contrôler leur entourage et ont une motivation sans faille pour obtenir ce qu'elles veulent – ce qui en fait des dirigeants extrêmement efficaces, comme l'était Steve Jobs.

D'après Psychology Today, "Les personnes narcissiques s'épanouissent lorsqu'ils occupent une position de leadership, qui leur permet d'impressionner et de dominer les autres sans avoir à coopérer ou subir les conséquences d'une mauvaise réputation". Cette description ressemble bel et bien à Steve Jobs.

Walter Isaacson a demandé au designer d'Apple et bon ami de Steve Jobs, Jony Ive, pourquoi son défunt collaborateur était toujours enragé ou séducteur. Jony Ive explique: "J'ai déjà demandé à Jobs pourquoi il s'énervait autant. Il m'a répondu Mais je ne reste pas énervé. Il a effectivement cette capacité enfantine à se mettre dans une colère noire puis à revenir à la normale quelques instants plus tard. Mais il y a aussi des moments où, quand il était extrêmement frustré, j'ai honnêtement eu l'impression qu'il avait besoin de blesser quelqu'un pour atteindre la catharsis. Je pense qu'il était persuadé d'avoir la liberté et le droit de le faire. Il pensait que les conventions sociales ne s'appliquaient pas à lui. A cause de son extrême sensibilité, il savait exactement comment efficacement blesser quelqu'un. Et il le faisait très bien." Effrayant. Et efficace.

Article de Drake Baer. Traduction par Shane Knudson, JDN.

Voir l'article original: This Bill Gates Quote Summarizes What The Tech World Thought Of Steve Jobs


A lire aussi :

Annonces Google