Azerion va devenir le premier actionnaire d'Adux (ex Hi-Media)

Azerion va devenir le premier actionnaire d'Adux (ex Hi-Media) Le groupe français présidé par Cyril Zimmermann compte créer un nouveau poids lourd européen de l'adtech avec la maison-mère d'Improve Digital et de Widespace.

[Mise à jour du 26 octobre à 8h55] Adux vient d'annoncer la signature d'un accord de partenariat avec Azerion qui acquiert 10,12% du capital auprès de la société United Internet. Azerion annonce avoir l'intention de se porter acquéreur au plus tôt le 31 octobre 2018 de 100 000 actions d'Adux auprès de Cyril Zimmermann et de 100 000 actions auprès de Mickaël Ferreira, soit 6,41% du capital supplémentaires. Adux va prochainement lancer une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription . Il est précisé qu'Azerion n'entend pas faire évoluer sa participation dans AdUx au-dessus de 30% dans les 6 prochains mois et n'a pas l'intention de lancer une offre publique sur celle-ci, ni de retirer la société de la cote.

L'un des doyens français de l'adtech, Adux (anciennement Hi-Media), s'apprête à passer sous pavillon hollandais. La société cotée sur Euronext depuis 2000 est entrée en négociations exclusives avec le groupe Azerion dans le cadre d'une opération qui devrait être bouclée, selon nos informations, d'ici la fin du mois. Contacté par la JDN, le PDG d'Adux, Cyril Zimmermann, n'a pas donné suite.

Méconnu du grand public, le groupe Azerion était nommé jusqu'à il y a quelques semaines Blue Orange Group. Il regroupe une vingtaine de sociétés dans les domaines du gaming (Orange Games, Voidu, Plinga…) et de l'adtech (Improve digital, Widespace, Sellbranch). Il compte près de 650 collaborateurs pour un chiffre d'affaires de 200 millions d'euros. Son fondateur est un spécialiste du gaming, le néerlandais Atilla Aytekin.

Le cours d'Adux, qui a réalisé un chiffre d'affaires de 16 millions d'euros au 1er semestre 2018, dégringole depuis mars 2017. De 11 euros à l'époque, il est tombé à 3 euros mi-octobre pour une valorisation de près de 9 millions d'euros. Azerion va donc devoir offrir une belle prime aux petits porteurs, qui détiennent près de 70% de la société, pour les convaincre de vendre alors que leurs actions sont au plus bas. Le reste du capital d'Adux est réparti entre Cyril Zimmermann, qui possède 11,93%, le groupe allemand United Internet, à hauteur de 10,73%, et Mickael Ferreira, le chief innovation officer, qui cumule 6,78% via sa société Obake. Une fois l'opération terminée, Adux sera, de facto, sorti de la bourse.

Azerion vise une introduction en bourse à l'horizon 2020

Alors que la société a longtemps prospéré comme un ad-network à l'époque de Hi-Media, Adux est aujourd'hui structuré autour de trois filiales : Adpulse (spécialiste du social marketing), Admoov (acteur du drive to store) et Quantum Advertising (spécialiste des native ads). C'est cette dernière, une plateforme programmatique de native advertising, qui suscite particulièrement l'intérêt d'Azerion. Fondée en 2014 par Philippe Besnard et Mickael Ferreira, soit aux débuts du native advertising, elle a engrangé 9 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2017 (+39% sur un an) pour une perte de 754 000 euros qui s'explique par l'ouverture de six bureaux en Europe. La société est présente en France, Belgique, Italie, Espagne, Pays-Bas, au Royaume-Uni et en Allemagne.

Adux en a pris le contrôle à 100% en juillet dernier en rachetant à Mickael Ferreira les parts qu'il détenait (3,13% du capital de Quantum Advertising acquis en numéraire et 15,87% en actions Adux). L'opération a valorisé Quantum Advertising autour des 6 millions d'euros. Soit les deux tiers de la valorisation globale d'Adux…

Quelles ambitions pour ce nouvel attelage ? Azerion vise selon nos informations une introduction en bourse à l'horizon 2020, le temps de structurer son activité. Côté adtech, les synergies sont nombreuses entre Improve digital, un SSP généraliste, et Quantum, un SSP spécialisé dans les native ads. De même, sur mobile, l'activité de Widespace, un réseau publicitaire mobile suédois racheté en août dernier, pourrait profiter du rapprochement avec le spécialiste du drive to store Admoov.

Et toujours :

Annonces Google