Croissance et internationalisation : 3 conseils aux entreprises en pleine expansion

Développement, évolution, croissance, l'entreprise est un organisme vivant en constant changement. Lorsqu'elle est en pleine expansion, il est tentant voire naturel d'envisager une croissance et une internationalisation de la société.

1er conseil : Définir clairement ses objectifs 

Il s'agit d'une étape absolument indispensable tant elle détermine les solutions adoptées pour l'évolution de l'entreprise. Cherche-t-on à gagner de nouveaux marchés ? A réduire ses coûts de production ? A diversifier son offre ? A faire évoluer dans la durée les modes de fonctionnement internes ?

Établir et prioriser ses objectifs reste donc la démarche première à toute prise de décision. Au cours des années passées à la direction du groupe Altran, Frédéric Bonan a géré l'internationalisation du groupe mais également l'intégration de nombreuses PME. Il sait l'importance de se poser les bonnes questions comme, par exemple, le rachat de cette société, même s'il paraît alléchant, répond-il réellement à la stratégie de développement de l'entreprise ? La création d'un partenariat avec cette entreprise étrangère dans son pays permettra-t-elle véritablement d'ouvrir son marché national à nos produits ? Une fois cela fait il faut savoir garder le cap.

2ème conseil : Bien identifier les modalités possibles d’expansion en amont

Il existe de nombreux moyens de faire croître ou d'internationaliser son entreprise : développer un nouveau département, racheter une filiale, fusionner avec une autre société, créer une filiale commune, etc. Chacun présente des avantages et des inconvénients et peut plus ou moins bien convenir à la stratégie de l'entreprise.

La croissance interne, par exemple, si elle permet à la société de maintenir une parfaite indépendance et de conserver un bon climat social, demande des fonds propres importants ou un recours à l'emprunt. C'est un processus souvent lent et progressif.

Au contraire, la croissance externe peut faire gagner en rapidité et en réactivité et réduit souvent les risques mais elle désorganise temporairement la société et peut détériorer le climat social. La gestion globale s'en trouve par ailleurs complexifiée.

Comme le précise souvent Frédéric Bonan aux chefs d'entreprise qu'il conseille, le type d'expansion envisagé ne doit pas être choisi au hasard mais doit être réfléchi dans le contexte stratégique global de l'entreprise.  Il est souvent une combinaison des deux types, voire du troisième encore plus difficile, à savoir la croissance interne de la nouvelle société acquise. L’arbitrage et le timing de ces alchimies est la plus grande clé du succès.

 3ème conseil : Accepter les conseils  

Quel que soit le type de croissance préféré, il est indispensable de se faire accompagner. En effet, un seuil de croissance franchi avec un succès est un processus maîtrisé, prévu et suivi par des experts, juridiques, fiscalistes et financiers. Le cabinet I-Deal Development, fondé par Frédéric Bonan après sa longue expérience au service du groupe Altran, accompagne les chefs d'entreprise et les conseils d'administration et leur fournit un éclairage d'expert. Comme il aime à le répéter : « Pour accompagner durablement sa croissance il faut savoir anticiper les compétences de son équipe de management et toujours être à l'écoute de nouveaux talents plus expérimentés que soi. Il faut savoir accepter l’effet miroir. Pour avancer vite il faut enlever au plus vite chacun de vos défauts. »

L'expansion d'une entreprise est une expérience grisante mais pleine d'écueils. C'est pourquoi l'aide d'un expert est indispensable !

Annonces Google