Les cosmétique gourmands

Par Céline Deluzarche

Le nouveau filon des cosmétiques gourmands

Tout le monde ou presque a désormais entendu parler de la cosmétofood, de ses yaourts anti-rides ou de son chocolat contre l'acné. Mais la tendance inverse est également vraie.

Les produits de beauté adoptent fréquemment les codes et les recettes de l'agroalimentaire, avec des parfums gourmands, des packagings originaux, et des noms évocateurs.

Fruits, pâtisseries, boissons alcoolisées... Quelles sont les recettes qui marchent ? Et qui surfe sur la tendance des cosmétiques gourmands ?

Les gels douche "smoothie"

Les smoothies, ces boissons aux fruits mixés, cartonnent dans les rayons frais des grandes surfaces. Il n'en fallait pas moins pour inspirer les grandes marques de cosmétiques. Le principe: des parfums aux fruits et une texture crémeuse rappelant celle des jus de fruits.

Les gels douche Smoothie care de Mon Savon, lancés au mois d'octobre, contiennent ainsi des véritables morceaux de fruits (amande ou cranberry). Une version à la noix de coco et poudre d'amandes fera son apparition à Noël.

Dans le même genre, Nair propose des sprays dépilatoires façon smoothie. Au menu : kiwi-litchi-framboise ou raisin-pêche-mangue. Des produits plutôt destinés aux 15-35 ans, déjà fans des parfums fruités.

Du chocolat pour la peau

Une mousse au chocolat vous tente ? A 31 euros le petit pot de 50 ml, il ne s'agit toutefois pas de la savourer à la petite cuillère. Cette mousse pour le visage au beurre de cacao fait partie de la ligne de produits de Sensation Chocolat, une marque qui s'est spécialisée sur ce parfum.

On trouve ainsi le "Carré de chocolat", un savon exfoliant au chocolat blanc, ou le "Chocolat O lait", un lait corporel au cacao. Son produit vedette : un gel douche chocolat-noisette qui rappelle l'odeur de Nutella.

L'entreprise vend ses produits dans les instituts de beauté et les parapharmacies, mais possède aussi sa propre boutique et son bar à chocolat. A déguster, celui-là.

Les soins hydratants à la tomate

La tomate est synonyme de fraîcheur grâce à sa teneur en eau. Elle est également riche en lycopène, un bétacarotène anti-oxydant qui protègerait la peau du vieillissement.

Des arguments de poids lorsque l'on veut lancer une crème pour la peau. "Diabolique Tomate", le soin de Garancia, fait tout pour rappeler le fruit qui l'a inspiré : sa crème est naturellement colorée et se transforme en eau dès son application sur le visage. De l'extrait d'écorce de riz et du jus de citron frais bio entrent également dans sa composition.

Le fruit est à la mode chez les fabricants : Plante System vend un baume pour les lèvres à la tomate et Ella Baché une crème "riche en extraits éclaircissants de tomate fraîche".

Des cocktails de bain aux parfums alcoolisés

Avec la gamme de cocktails de Tentation, on peut littéralement transformer sa salle de bain en bar. Ses gels douches et bains moussants sont présentés dans de véritables shakers de 500 ml réutilisables.

Et les parfums n'ont rien à envier au pub du coin : whisky, tequila, vodka... "La gamme au whisky est très appréciée par les hommes", assure la marque qui vend ces produits depuis début 2009.

Les références à l'alcool sont couramment utilisées par les marques de cosmétiques pour hommes. Le parfum "Puro by Nejma" fait par exemple directement référence au mojito avec des notes de tête de rhum vieilli de Cuba et d'écorce de citron vert.

Carotte ou artichaut en tube

C'est un véritable potager que l'on trouve dans les petits pots et les tubes de la marque Vegetables. Celle-ci a même inventé le terme de "légumo-thérapie" pour vendre sa rosée pour le teint à l'artichaut et au chou, ou son gel fraicheur de concombre.

L'incontournable de la gamme, c'est la "crème végétarienne", à l'extrait de laitue, de céleri et de basilic. Bref, des recettes de grand-mère mélangées à un zeste d'études scientifiques.

Le légume se fait aussi amusant, avec la gamme "Yes to carrots", en vente chez Sephora : un shampoing, un baume pour les lèvres ou un gel douche orange et parfumés à la carotte, à la patate douce, à la citrouille ou au melon.

Le savon loukoum fait main

A peine lancé, le savon loukoum aux pistaches, noix et amandes, fait déjà partie des meilleures ventes de Lush. Le fabricant de cosmétiques, né en Angleterre en 1995, vend des savons faits à la main à base d'ingrédients naturels et aux noms plus qu'inventifs.

Le masque "Céréal Killer" contient par exemple un mélange d'avoine, de bananes fraîches, d'amande moulue et de vanille. Il y a aussi le fondant de bain "J'ai déjà mangué" et le gel douche "Ramène ta fraise".

Chaque année, Lush achète 50 tonnes de fruits et légumes frais, bio et issus de l'agriculture conventionnelle et de producteurs locaux. Un vrai succès puisque la marque possède maintenant plus de 600 boutiques dans 43 pays.

Les cosmétiques à base de vigne de champagne

L'entrée du champagne dans le monde de la cosmétique avait pourtant mal commencé. On se souvient des mésaventures d'Yves Saint Laurent en 1998, qui s'était vu interdire l'appellation "Champagne" pour son parfum, sous la pression du Comité interprofessionnel du vin de champagne. Ce dernier veille depuis à la moindre utilisation de l'appellation.

Cela n'a pas découragé la marque Elaÿs, qui a lancé en 2008 une gamme de soins "issue de la vigne de champagne". Elle doit donc marcher sur des œufs pour sa communication, mais les packagings des produits avec des petites bulles dorées font explicitement référence à la boisson pétillante.

Les séries limitées aux parfums sucrés

Grâce aux séries limitées, les cosmétiques s'adaptent aux saisons comme les produits alimentaires. Pour Noël, Yves Rocher commercialisera ainsi une gamme baptisée "Marron glacé". Elle comprend notamment un gel douche et une eau de toilette, ainsi qu'un duo pour le corps à base de châtaignes issues de l'agriculture biologique.

La marque de maquillage Helena Rubinstein s'est elle associée au nom du pâtissier Pierre Hermé pour sa gamme automne-hiver 2009. Son macaron caramel-lavande a inspiré les teintes caramel et violettes des gloss et rouges à lèvres.

Le caviar comme concentré de jeunesse pour la peau

Déjà 22 ans d'existence pour le Dermo caviar de la marque suisse La Prairie. Ces microscopiques perles, qui miment à la perfection les fameux œufs d'esturgeon, renferment un sérum raffermissant et nourrissant aux extraits de caviar et aux protéines d'algues.

Symbole ultime de la cosmétique de luxe, la collection caviar est devenue culte et compte aujourd'hui 10 produits. Elle s'est également révélée un excellent investissement pour La Prairie. En 2005, elle représentait ainsi 20 % du chiffre d'affaires annuel de l'entreprise, et l'a fait connaître auprès d'une riche clientèle internationale.

Il faut dire que les prix n'ont rien à envier au caviar gastronomique : la petite boîte de 50 grammes coûte 158 euros.

Une thalasso aux accents du Sud

La concurrence fait rage entre les spas et les cures thalasso. Alors une petite touche régionale, authentique et gourmande peut aider. L'hôtel 4 étoiles des Flamants roses, à proximité du Canet-en-Roussillon, a ainsi eu l'idée il ya 3 ans de lancer une cure "délicieusement spa".

La cure d'une semaine propose un thème différent pour chaque jour, inspiré de la gastronomie régionale : gommage aux figues, enveloppement miel-lavande, massage à l'huile de raisins de muscat...

"Nos produits sont fabriqués spécialement par un producteur local", explique le responsable de la Thalasso. Il reconnait cependant que cette cure, la plus onéreuse, sert surtout de "vitrine" à l'hôtel.

Un véritable menu de soins "à la carte"

"La cosmétique, ce n'est pas de la dermatologie", annonce fièrement Daniel Rouet, le directeur du laboratoire Cosmer. Las des arguments scientifiques des grandes marques, il a créé une gamme de produits "pour se faire plaisir avant tout".

Sous la marque "Terre de cocagne" on trouve par exemple des gommages pour le corps vendus dans des petits pots à confiture et aux parfums évocateurs : "caviar gourmand tonifiant au cacao d'Amazonie et à l'orange cacao" ou "Petit berlingot exfoliant à la praline".

Dans les instituts de beauté, où sont vendus les produits, "le client choisit comme il le ferait au restaurant, une formule variable selon ses besoins et son budget", explique Daniel Rouet.

Des produits gourmands pour la grande distribution

Pas facile de se faire remarquer parmi les centaines de produits cosmétiques dans les supermarchés. Il faut donc faire preuve d'imagination... ou s'inspirer du rayon épicerie.

La gamme "Petits plaisirs" se compose ainsi de soins hydratants et exfoliants aux parfums gourmands (fraise, litchi, praliné, citron meringué...). Les produits sont vendus en bocaux de verre pour parfaire l'analogie avec l'agroalimentaire.

Une stratégie déjà expérimentée par la marque Cottage, qui vend des gels douche au caramel, noisette, canne à sucre ou pina colada. Les grandes surfaces n'ont pas hésité à référencer ces produits porteurs d'une image rajeunissante pour le rayon cosmétiques.