Disposer de matières premières, comme le Canada

Le Canada doit surtout la réduction du poids de sa dette publique à ses ressources pétrolières. © JDN

Quand on parle de réduire la dette publique, le Canada est cité en exemple. Entre 1990 et 1996, le poids de sa dette était passé de 75,2% à 101,8% de son PIB obligeant les agences de notation à dégrader sa note. Devenue une priorité politique en 1996, la réduction de la dette a conduit les gouvernements successifs à sabrer dans les dépenses publiques. L'Etat s'est désengagé de certaines missions, a généralisé des critères de performance et a licencié des fonctionnaires. Effet garanti. En 2007, le poids de la dette dans le PIB était revenu à 66,5%. Mais pour y parvenir, le Canada a bien été aidé par une forte croissance, favorisée par la hausse du prix des matières premières, et notamment du pétrole dont il regorge. Tant et si bien que, si le poids de la dette dans le PIB a diminué, la dette n'a pas pour autant disparue. Au contraire, elle a augmentée, passant de 564 milliards de dollars canadiens en 1990 à 1 437 milliards en 2011.

Suggestions de contenus