Les rémunérations fixes

en arrière-plan, jean-paul agon, patron de l'oréal.
En arrière-plan, Jean-Paul Agon, patron de L'Oréal. © Photomontage JDN / L'Oréal

De nouveau, et en toute logique, le patron d'April Group Bruno Rousset s'avère être celui possédant la part fixe la plus faible du SBF 120. Sa rémunération totale ne se compose d'ailleurs de rien d'autre que cette part fixe. A l'inverse, le patron de Michelin Michel Rollier est le seul dirigeant du SBF à ne pas posséder une part fixe dans sa rémunération, celle-ci étant uniquement basée sur les résultats de son entreprise.

Par ailleurs, Derichebourg comme SES Global n'ont pas souhaité communiquer le détail des rémunérations de leur dirigeant. Leurs parts fixes ne sont donc pas intégrées aux chiffres mentionnés dans l'image, tout comme celle de Michel Rollier, inexistante. Même chose pour 11 dirigeants arrivés en cours d'année.

Suggestions de contenus