Final Fantasy se la joue jeu de baston

Final Fantasy se la joue jeu de baston A la fois jeu de combat et jeu de rôle, Final Fantasy Dissidia tente le pari de réunir tous les principaux personnages de la saga pour un résultat unique en son genre.

dissidia logo white
Choisissez votre camp © Square Enix

 Avant de crier au loup, que les fans de la série des Final Fantasy se rassurent, Square Enix ne vous a pas oublié, car Dissidia est loin du simple jeu de baston pur et dur à la Street Fighter. 

La remarque vaut également à tous ceux que les jeux de rôle à la japonaise rebutent, car on a bien affaire à de vrais combats où l'on se trucide à coup d'épée et autres armes en tous genres. 

Pour résumer un peu le genre, Dissidia est un jeu comme nul autre auparavant, une sorte de mélange des genres

D'ailleurs le jeu ne révèlera tout son potentiel qu'au bout de plusieurs heures. 

En effet, au début il faudra passer pas mal de temps à assimiler les mécanismes du combat, qui serviront de base à votre évolution dans le jeu. 

dissidia
Beaux effets graphiques © Square Enix

Côté personnages, on a bien sûr droit à du très lourd avec notamment Cloud, Séphiroth, Squall et bien d'autres tous aussi emblématiques, de l'épisode 1 au douzième opus. Le jeu propose ainsi plusieurs modes de jeu, avec notamment des duels classiques (jouables en multijoueurs). Mais c'est surtout le mode histoire, avec les scénarios passionnants dans lesquels on évolue sur des plateaux de jeu, en case par case, mais aussi à grands coups de lame, qui fait tout l'intérêt du jeu.

Lorsque votre personnage progresse (tout le monde commence niveau 1), de nombreuses actions, capacités et pièces d'équipement deviennent alors disponibles. Les aptitudes et capacités du héros s'étoffent  tandis que les adversaires que l'on rencontre deviennent de plus en plus forts. Le système de combat est réellement technique et complexe. Bonus à récupérer, combos dévastateurs en QTE (Quick Time Events, un enchainement de touches indiqués à l'écran).

Contrairement aux jeux de combats classiques, le personnage évolue dans de vastes et vrais environnement en 3D. L'aspect vertical des décors a d'ailleurs une véritable importance. Les terrains recèlent de nombreux bonus cachés qu'il faudra aller dénicher pour déclencher des combos (mode Ex). 
Les graphismes du jeu sont somptueux, du même niveau qu'un très bon jeu sur Playstation 2. On en prend donc plein les mirettes pour notre plus grand bonheur. 

Une quarantaine d'heures de jeu sont nécessaires pour débloquer tous les modes de jeux, nul doute on est bien là en présence d'un Final Fantasy.

Dissidia fait donc partie des incontournables à posséder absolument sur PSP. 

dissident
Tidus en pleine action © Square Enix

 

Console

Annonces Google