Performance vs bonheur au travail : il est possible de choisir les deux

Le débat n’est pas nouveau. La performance de l’entreprise doit-elle primer sur le bonheur des collaborateurs ? Ou est-ce l’inverse ? Une chose est certaine : l’un ne va pas sans l’autre. Pas de performance sans collaborateurs à leur place et épanouis.

Contrairement au modèle pyramidal, figé, devenu obsolète et incapable de répondre aux aspirations des équipes, Holacracy propose un système à même de concilier les efficacité et bonheur au travail. Ce qui permet vraiment d'équilibrer la balance entre l’économique et le social.

Bien loin d’une vision utopique voire romantique du monde du travail et de l’entreprise, Holacracy met à disposition l’ensemble des outils qui doivent donner naissance à une organisation réinventée, performante et qui crée les conditions favorables à l’épanouissement de chacun.

Bien plus qu’un outil d’intelligence collective

Depuis quelques mois, un nombre croissant de très grands groupes de l’automobile et de la restauration notamment s’intéressent à Holacracy. Si cela est un signe qui ne trompe pas, c’est aussi souvent pour moi l’occasion de rappeler à mes interlocuteurs, patrons ou DRH, que Holacracy est bien plus qu’un simple outil d’intelligence collective.

Car Holacracy s’adresse à tous dans l’entreprise et propose de construire une organisation qui favorise et développe l’intelligence individuelle au profit du collectif. Elle n’est pas un outil de conduite de réunion mais change la nature du pouvoir et la façon de travailler au sein de l’entreprise. Plutôt que de favoriser une soi-disant "intelligence collective" pour le moins difficile à cerner, elle est source de plus d’intelligences pour une organisation et une entreprise plus performante.

De même, Holacracy n’est en rien source d’un consensus recherché. Au contraire, elle met en avant l’autonomie et la responsabilité de chacun pour des prises de décisions rapides et efficaces. Permettant l’émergence d’une organisation fluide et transparente, elle offre toutes les garanties exigées pour que le patron ou le manager puissent rompre avec la pyramide et ses pouvoirs concentrés entre quelques mains. Bien expliquée, le patron sait qu'Holacracy va servir ce qui prime à ses yeux : la performance.

Très loin d’une vision utopique de l’entreprise, Holacracy se concentre d’abord sur la raison d’être de celle-ci. Son obsession est de donner naissance à une organisation totalement personnalisée et concentrée sur la performance, sa réussite et sa pérennité. Et cela passe avant tout par le bon alignement des collaborateurs sur leurs rôles, le bon alignement de chaque collaborateur sur l’ensemble de ses talents.

Un outil 100 % neutre

Lorsqu’une entreprise choisit d’adopter Holacracy sa principale motivation est de se réinventer et de bâtir une organisation fluide, qui va permettre de concilier performance et bonheur au travail.

Contrairement aux systèmes ou modèles managériaux élimés encore présents dans une large majorité d’entreprises, Holacracy n’a pas la prétention d’imposer un modèle universel. Au contraire, elle offre des outils dont la vocation est d’aider chacun à bâtir une organisation qui lui correspond, unique et en perpétuel mouvement. Tout sauf dogmatique, Holacracy se revendique neutre. Elle invite chacun à éviter d’y projeter une vision trop emprunte de convictions personnelles et donc contestables.

C’est d’ailleurs ce que je suis souvent amené à expliquer tant aux porteurs de Holacracy dans les entreprises que j’accompagne, qu’aux coachs que je forme. Holacracy est entièrement tournée vers la raison d’être de l’entreprise. Elle refuse une vision idéaliste, simpliste et générale de l’entreprise au profit d’une solution personnalisée et neutre. Soit cela peut être tentant de vanter les mérites de l’entreprise libérée, de recruter un Chief Happiness Officer et de donner la priorité au bonheur au travail mais est-ce bien là l’intérêt de l’entreprise ? C’est cette neutralité qui fait de Holacracy la clé d’une organisation optimale.

Bonheur au travail : la conséquence de la performance

Pour Holacracy, si performance et bonheur au travail sont intimement liés, il n’en demeure pas moins que la première prime sur le second, ou plutôt, précède celui-ci. Car, sans performance, comment peut-on envisager que l’entreprise et ses collaborateurs puissent s’y retrouver ?

Néanmoins, la performance, telle que vue par Holacracy, transcende cette vision qui l’enferme dans une dimension uniquement financière. Ici, la performance dépasse la dualité habituelle "profit vs. non profit".

En déployant Holacracy, les entreprises font le choix d’une organisation fluide et efficiente. Les collaborateurs sont alignés sur leurs talents et l’entreprise sur sa raison d’être. Les résultats sont au rendez-vous. Le bonheur au travail aussi !

Annonces Google