Droit voisin pour la presse : les éditeurs français plient devant Google

Droit voisin pour la presse : les éditeurs français plient devant Google La quasi-totalité des principaux sites d'actualité accepte que Google reprenne ses vignettes et chapô sans contrepartie financière. La bataille pourrait se poursuivre en justice.

La date d'entrée en vigueur de la loi sur le droit voisin de la presse est fixée au 24 octobre. Mais les médias qui veulent autoriser le moteur de recherche de Google à reprendre gratuitement leurs vignettes et contenus, passée cette échéance, sont déjà en ordre de marche. Google a, en effet, annoncé le 16 octobre qu'il allait progressivement modifier l'affichage de ses résultats de recherche, de façon à être 100% live le 24 octobre au matin. Pour rappel, le moteur de recherche a décidé de ne plus afficher l'aperçu des contenus provenant d'éditeurs de presse européens… sauf s'ils ont fait les démarches pour lui indiquer que c'était leur souhait. Et si l'annonce a suscité l'indignation de nombreux patrons de presse, la plupart s'activent pour être prêts le jour J.

Le JDN a ainsi passé au crible les 30 plus gros sites d'actualité en termes d'audience. Ce 24 octobre, 28 d'entre eux ont intégré dans le code de leurs pages articles les balises meta signifiant à Google qu'ils acceptent son deal (la marche à suivre est indiquée par la plateforme ici). Restent 2 médias, qui n'ont pas déployé le dispositif, sans que nous ayons pu confirmer auprès d'eux si cela allait changer à l'avenir.

Alors, pourquoi passer à l'acte ? Pour le patron de Publihebdos, éditeur d'Actu.fr, Francis Gaunand, hors de question de faire autrement : "Nous sommes tellement dépendants de Google que ce serait un suicide ! Quand bien même je déplore que la plateforme s'adonne à un tel chantage." Près de 35% de son audience provient du moteur de recherche.

Chez Ouest France, l'hésitation a régné toute la semaine. Selon une source interne, il s'agit d'un sujet hautement politique… dont l'issue a changé tous les jours. "On a fait le développement mais pour l'instant on ne déploie rien", nous expliquait encore cette source jeudi matin. La balise a finalement été déployée sur le site vendredi 18 octobre en début d'après-midi.

Chez France Info, où le déploiement a été mis en production le jour de l'update de Google, le 16 octobre, "on grince des dents mais on obtempère", explique un collaborateur. Le site a toutefois souhaité limiter à 300 le nombre de caractères repris par le moteur de recherche de Google. Sur ce point, France Info fait figure d'exception avec Le Parisien, qui a placé le curseur encore plus bas, à 160 caractères. Les autres sites ont, en effet, décidé de n'imposer aucune limite de caractères à Google. Côté vidéo, France Info, qui abrite tout le catalogue des chaînes du groupe France Télévisions, a également décidé d'être très restrictif, limitant à 3 secondes l'aperçu que Google peut diffuser. Les sites du groupe Altice Media, BFM TV, Libération et L'Express, ont placé la limite à 10 secondes.

"Il n'y a pas eu de consigne collective, nous explique un dirigeant du Geste, qui regroupe les éditeurs de contenus et de services en ligne. Plutôt des échanges pour comprendre les implications du deal proposé par Google. On a, de toute façon, des problématiques différentes et ça aurait donc été compliqué d'adopter une position commune." S'il y a, en revanche, un sentiment qui est partagé de tous, c'est celui d'être mis au pied du mur. "C'est comme si Google nous mettait un flingue sur la tempe", estime un éditeur. Pas d'abattement toutefois. Les éditeurs ont certes plié… mais ils veulent déplacer le combat sur le terrain judiciaire. "Nous explorons plusieurs pistes, du côté de Paris et de Bruxelles, explique un éditeur, sans apporter plus de précisions. Il s'agira de prouver que Google détourne la loi." Les médias français pourront compter dans cette perspective sur un allié de poids. Emmanuel Macron a annoncé vouloir, lui aussi, lancer une procédure contre Google.

Droit voisin pour la presse : les éditeurs français plient devant Google
Droit voisin pour la presse : les éditeurs français plient devant Google

La date d'entrée en vigueur de la loi sur le droit voisin de la presse est fixée au 24 octobre. Mais les médias qui veulent autoriser le moteur de recherche de Google à reprendre gratuitement leurs vignettes et contenus, passée cette échéance,...