Contrats d'assurance-vie : les robo-advisors font-ils mieux que la concurrence ?

Contrats d'assurance-vie : les robo-advisors font-ils mieux que la concurrence ? Le JDN a comparé les performances des produits distribués par ces nouveaux acteurs pour savoir si les épargnants ont intérêt ou non à les souscrire.

En cette fin février, la plupart des assureurs-vie ont levé le voile sur les rendements de leurs contrats sur l'année 2017. Quid de ceux commercialisés par les robo-advisors ? La récolte a-t-elle été bonne pour les contrats distribués par ces seuls nouveaux acteurs ? Pour rappel, il s'agit de fintech employant une bonne dose d'algorithme pour livrer à leurs clients la recette d'un investissement réussi, en lien avec leurs objectifs d'épargne et/ou leurs projets de vie. Nées aux Etats-Unis, les premières plateformes ont débarqué en France en 2015. Toutes ont commencé par brandir un contrat d'assurance-vie pour se lancer à l'assaut du marché de l'épargne en ligne, avant, pour certaines, d'élargir leur offre à d'autres enveloppes fiscales (PEA, compte-titres…).

Et toutes ou presque permettent à leurs clients de souscrire un mandat de gestion, selon leur profil de risque. Nalo fait bande à part et propose une gestion personnalisée en fonction non pas d'un profil type, mais du client. Les performances sont-elles au rendez-vous ?

Les rendements 2017 des assurances-vie commercialisées par les robo-advisors
  Grisbee Vie Yomoni Vie WeSave Patrimoine Ma Sentinelle Vie Nalo Patrimoine
Assureur Suravenir Suravenir Suravenir Generali Vie Generali Vie
Rendement fonds euros (2017) 2% sur Suravenir Rendement ; 2,80% sur Suravenir Opportunités 2% sur Suravenir Rendement ; 2,80% sur Suravenir Opportunités 2% sur Suravenir Rendement ; 2,80% sur Suravenir Opportunités 1,77% sur Eurossima ; 2,10% sur Netissima 2%
Rendement par profil (2017) ND 2 à 10,4% 2,27 à 10,17% 1,71 à 7,64% NP
Nombre de contrats souscrits au 31/12/2017 Ne communique pas 5 086 Ne communique pas 5000 ND
Objectif au 31/12/2018 10 000 10000 ND
Montant des actifs sous gestion au 31/12/2017  33 millions d'euros 10 millions d'euros ND
Objectif au 31/12/2018 90 millions d'euros 600 millions d'euros ND

"Les résultats sont tout à fait satisfaisants, estime Bernard Le Bras, président du directoire de Suravenir, la filiale du Crédit Mutuel Arkéa qui assure trois des cinq contrats présentés ici. Pour chacun d'eux, le profil plus prudent fait mieux que du 100% fonds euros." Le dirigeant ne fait ici référence qu'aux contrats Yomoni Vie et WeSave Patrimoine : Grisbee ayant lancé sa gestion pilotée, qu'elle a d'ailleurs confiée à Carmignac, il y a de cela moins d'un an, la start-up ne peut pas encore communiquer sur ses performances. Idem pour Nalo.

Et par rapport à la gestion pilotée des acteurs historiques du secteur ? "C'est difficile de comparer, explique l'assureur, les asset managers travaillant sur trois ou quatre profils plutôt que sur une dizaine, comme Yomoni et WeSave. Les écarts de performances existent entre les asset managers. Un Carmignac ou un Lazard peut surperformer une année et sous-performer l'année suivante… Et, en général, la part investie en fonds euros est beaucoup plus importante que sur des mandats d'arbitrage de type robo-advisors, sur lesquels on est en moyenne à plus de 80% d'unités de compte, WeSave étant celui d'entre eux qui a le plus fort taux."

Si l'on compare aux principales gestions sous mandat des contrats en ligne, qui ont en moyenne réalisé entre 2,9% pour les profils les plus prudents et 7,93% pour les plus offensifs en 2017, avec respectivement 10,4% et 10,17% sur leur profil investisseur le plus dynamique, Yomoni et WeSave n'ont pas à rougir.

Et aussi : 

Annonces Google