Comment VMware déploie sa stratégie Kubernetes avec Heptio

Comment VMware déploie sa stratégie Kubernetes avec Heptio Alors que les entreprises optent de plus en plus pour la containerisation des applications, VMware mise sur la complémentarité de Docker avec la virtualisation.

Ce fut l'annonce phare de l'édition européenne VMworld en novembre dernier. Pat Gelsinger, CEO de VMware a annoncé l'acquisition d'Heptio, un expert américain de Kubernetes. Le spécialiste de la virtualisation ne compte pas laisser passer le train des containers Docker et entend faire de sa plateforme virtualisée le fondement de cette architecture.

Méconnue en dehors de l'écosystème Kubernetes, Heptio est une start-up fondée à Seattle par Craig McLuckie et Joe Beda, deux des trois créateurs du framework d'orchestration alors qu'ils étaient tous deux salariés de Google. Ils ont fondé Heptio en 2016 afin de délivrer un support professionnel autour de Kubernetes tout en continuant à participer au projet open source du même nom. Fondée en 2016, la start-up a levé 33,5 millions de dollars répartis sur deux tours de table, avant d'être acquise par VMware. Le montant de l'opération n'a pas été dévoilé. Seule certitude : Heptio était valorisé 117 millions de dollars au moment de sa seconde levée de fonds bouclée en septembre 2017.

Lors de l'annonce de son rachat, Heptio a affiché sa volonté de continuer à contribuer au développement de Kubernetes et à enrichir la plateforme de nouveaux outils. La société est déjà à l'origine de plusieurs technologies complétant l'orchestrateur : Sonobuoy, un outil d'analyse de performance, Contour, un équilibreur de charge, Cardan, un routeur multi-grappes, Arche, un système de reprise sur incident en cas de crash d'un cluster, et enfin Ksonnet, un framework de gestion des configurations.

Un portefeuille complémentaire

Avec Heptio, VMware muscle ainsi de manière significative son offre de gestion de containers. Une offre dont VMware Pivotal PKS (Pivotal Container Services), lancé il y a un an, est le pivot.

Pat Gelsinger, le CEO de VMware sur scène, à l'occasion de VMworld 2018 à Barcelone. © JDN

"Il ne s'agit pas de choisir entre machines virtuelles et containers mais d'utiliser à la fois l'un et l'autre", martèle Pat Gelsinger. "Google, le créateur Kubernetes qui est aussi le principal utilisateur de containers, s'appuie sur des VM, comme tous les grands fournisseurs de cloud public, pour faire tourner ses containers." Le CEO de VMware ajoute : "Avec les machines virtuelles, nous avons résolu les problèmes d'infrastructure logicielle. Les containers, eux, apportent un moyen puissant pour déployer rapidement les applications et gérer leur cycle de vie." Dès lors, Heptio représente le bras armé du groupe en vue de "donner le ton" en matière de déploiements Kubernetes en entreprise.

Un message plutôt bien reçu par les clients de VMware présents à Barcelone lors de cette édition de VMware Europe. "Cette acquisition fait sens car dans la consommation de ressources IT, les entreprises s'orientent de plus en plus vers les applications cloud natives et les microservices portés par la containerisation popularisée par Docker et Kubernetes", estime Noham Medyouni, ingénieur système senior chez Dell/EMC et co-leader du VMware User Group France.

Les Ops en ligne de mire

Si à l'origine les développeurs sont les premiers à s'être tournés vers les containers logiciels, ils ne se sont guère intéressés par la virtualisation, préférant le cloud public ou des serveurs bare metal pour déployer Docker et Kubernetes. Mais maintenant que les containers passent en production, les responsables techniques (les Ops) reprennent la main. Face à cette tendance, la stratégie de VMware de proposer un stack complet pour Kubernetes arrive à point nommé pour ces derniers habitués à utiliser ses solutions. "Les équipes qui développent ces microservices ont besoin de l'accompagnement d'un éditeur et de solutions user-friendly car ce n'est pas aussi simple que cela que de mettre en production ce type d'infrastructure" estime Noham Medyouni. "L'acquisition d'Heptio montre que VMware veut capter ces utilisateurs d'infrastructure, les faire venir ou au moins les conserver sur ses plateformes de virtualisation."

Que VMware ne veule pas laisser passer cette évolution majeure des infrastructures applicatives vers les containers, c'est une évidence. Reste à convaincre Dev et Ops de l'intérêt de faire tourner leurs infrastructures de containers sur un environnement virtualisé par VMware. En étendant sa plateforme Kubernetes VMware Pivotal PKS à la palette d'outils d'Heptio, VMware propose désormais un stack Kubernetes complet. En outre, il peut compter sur sa base installée et les nombreux administrateurs formés sur sa plateforme. "Les utilisateurs de solutions VMware vont pouvoir maintenir leur intérêt pour notre plateforme de virtualisation pour porter des containers applicatifs" commente Noham Medyouni qui ajoute : "S'appuyer sur des machines virtuelles apporte une plus grande souplesse en termes de haute disponibilité, de sauvegardes et de mise en place de plans de continuité d'activité. Opter pour le bare metal pour exécuter des containers serait un sérieux retour en arrière sur ce plan. On perdrait en effet la haute disponibilité de vMotion et toutes les fonctionnalités implémentée par VMware sur sa plateforme depuis plus de 10 ans."

Lors de sa seconde levée de fonds, Heptio indiquait sa volonté d'étendre ses activités sur l'Europe et l'Asie. Nul doute que VMware va grandement accélérer l'expansion géographique et commerciale de ses outils.

L'avis de l'expert Noham Medyouni (co-leader du VMware User Group France) : "VMware sera un facilitateur pour les entreprises qui veulent aller vers Kubernetes"

Noham Medyouni (co-leader du VMware User Group France) © Noham Medyouni

"Pour les profils qui sont plus Ops que Dev, VMware fera figure de facilitateur pour aller vers Kubernetes. VMware va beaucoup nous simplifier la tâche lorsque nous devrons proposer aux Dev une infrastructure d'orchestration de containers destinée à la production. Avec la stack Heptio, Pivotal, VMware, sur une plateforme HCI (hyperconvergée) de type VxRail, nous pourrons offrir une plateforme extrêmement innovante, autodimensionable et très simple à manager sans devoir gérer la complexité d'une infrastructure de type Kubernetes pour laquelle il faut prendre en compte de nombreuses briques additionnelles pour piloter le réseau, l'équilibrage de charge de trafic, etc. Une offre globale Kubernetes signée VMware facilitera énormément la tâche des Ops et jette les bases d'une offre de container as a service complète pour un déploiement en interne (on-premise, ndlr) avec un débordement possible sur le cloud public."

A lire aussi

Autour du même sujet

Annonces Google