4 conseils pour établir le profil de son portefeuille d’applications et opérer sa migration vers le cloud

Dans bien des domaines, la préparation de la stratégie est un facteur important de réussite. La migration de données vers le cloud n’échappe pas à la règle.

Même dans l’IT, il ne faut pas confondre vitesse et précipitation. Dans bien des domaines, la préparation de la stratégie est un facteur important de réussite. La migration de données vers le cloud n’échappe pas à la règle. Face à l’ampleur du phénomène, les entreprises peuvent être tentées d’agir précipitamment pour bénéficier le plus vite possible de la puissance du cloud. Mais migrer des données et des applications est un projet qu’il convient de planifier soigneusement.

Voici donc 4 conseils pour établir le profil de son portefeuille d’applications et opérer sa migration vers le cloud.      

1.       1. Établir un plan de migration aligné avec sa stratégie cloud et ses objectifs métiers

Ce premier stade correspond à la définition d’un plan général dont les détails seront précisés à mesure que l’organisation progresse vers la migration de masse. Dès cet instant, il faut s’assurer que les cadres dirigeants de l’organisation s’impliquent dans la conception de ce plan ou, a minima, qu’il y ait une communication interne sur le plan de migration au sein de l’entreprise. Il est en effet crucial de démontrer l’intérêt du cloud aux principaux décideurs en amont afin qu’ils adhèrent au projet de migration et en soient les premiers ambassadeurs.

 

2.       2. Construire les zones de destination (Landing Zones)

Cette étape est utile pour évaluer le portefeuille d’applications de son organisation et ainsi envisager le modèle approprié d’exploitation du cloud. Migrer ses données vers le cloud permet l'automatisation d'un grand nombre de ces tâches. Cette évolution doit cependant être planifiée et suivie minutieusement pour pouvoir se concrétiser.

 

La mise en relation de l’application avec une zone de destination détermine l’approche de la migration. Pour identifier les zones de destination adaptées, l’entreprise peut s’appuyer sur une typologie préétablie par les équipes AWS. Trois zones de destinations ont ainsi été définies :

 
  • Une zone dédiée aux activités stratégiques et critiques de l’entreprise : les applications de cette zone requièrent une disponibilité élevée, des sauvegardes régulières et des mesures de sécurité plus poussées.
  • Une zone dédiée aux applications non-stratégiques pour l’entreprise : les applications concernées nécessitent de la maintenance ou un stockage à froid. Généralement pour minimiser les efforts et les coûts, ces applications sont migrées complètement sur le cloud sans être modifiées (lift & shift)
  • Une zone « optimisée pour le cloud » concernant les applications pouvant être entièrement remaniées voire repensées pour le cloud. Ces applications pourront être optimisées pour tirer pleinement profit du cloud : coûts réduits, augmentation des performances, de la résilience et / ou de l'agilité.
 

Idéalement, l’entreprise démarre sur des zones de destination standardisées. Cela lui permet d’avoir une idée générale des capacités cloud qu’elle souhaite exploiter avant de s’engager dans une planification détaillée de la migration.

 

3.       3. Établir un centre d’excellence pour le cloud

Constituer une équipe dédiée au cloud permet d’accélérer la migration de masse et simplifie l’adoption au sein de l’organisation. Cette équipe peut être composée de consultants et de collaborateurs internes. L’entreprise bénéficie alors de compétences dans différents domaines dont l’architecture cloud, la sécurité et le développement d’applications. Car le succès de la migration n’est pas qu’une question de technologie ! La gestion d’un tel changement est critique et doit être orchestrée par les dirigeants. Il est recommandé d’anticiper la formation et le développement des compétences au même titre que le changement des modèles opérationnels. 

 

4.       4. Évaluer ses applications pour planifier sa migration

Une évaluation de chaque application permet de définir la zone de destination appropriée, et par la suite une méthode de migration spécifique. Grâce à ce processus, l’entreprise peut également identifier les dépendances de certaines applications et envisager des regroupements. La vitesse de migration des applications est aussi un facteur à prendre en compte lors de l’élaboration de la stratégie. À l’aide de cet examen, la complexité générale, les risques et les coûts du changement sont mieux appréhendés.

 

Maintenir la dynamique d’une migration vers le cloud à l’échelle d’une entreprise est un projet d’envergure. Pour réussir, il est important d’aligner soigneusement sa stratégie cloud avec ses objectifs, et son plan de migration, tout en ne négligeant pas l’importance de l’accompagnement des équipes pour tirer le meilleur du cloud. 

      

Annonces Google