L’avantage de la production de contenu dans le cloud

Il est beaucoup question des avantages du cloud pour les enjeux informatiques des entreprises (stockage, sauvegarde) mais on parle encore peu de son impact sur l'industrie de la production de contenu et des médias.

Pourtant, le cloud, et maintenant le réseau IP, apportent des avantages concrets aux sociétés de production, qui peuvent même mener à l'activation d'autres technologies comme l'intelligence artificielle par exemple.

France Télévisions, TF1 et M6 ont récemment annoncé leur projet de lancer Salto, une plateforme OTT commune destinée à concurrencer les offres telles que Netflix et Amazon Prime. Ce type d’annonce ne devrait surprendre personne : depuis un certain temps déjà, les groupes audiovisuels du monde entier cherchent à obtenir leur part du gâteau en essayant de proposer des expériences qui intègrent télévision OTT, VOD et nouveaux contenus.

Tout l’enjeu réside désormais dans la capacité à diffuser ces nouveaux contenus le plus rapidement et le plus efficacement possible (et, de préférence, en faisant mieux que les grands acteurs du secteur). En effet, les consommateurs attendent de la part des services de streaming une expérience sur mesure qui leur apportera un contenu inédit et original, de manière instantanée, sur téléviseur, smartphone ou tout autre appareil de leur choix, même lorsque ce contenu est en direct. Pour faire de ces attentes une réalité, il est aujourd’hui capital de s’appuyer sur des solutions de montage vidéo virtualisées dans le cloud et d’implémenter des workflows sur IP (Protocole Internet).

Si le travail dans le cloud fait parler de lui depuis un certain temps au sein de l’industrie, cette tendance commence seulement à se propager à la production de contenu chez les grands groupes audiovisuels.

Le cloud facturé à l’usage

Il est bien plus simple et rentable de recourir à des ressources dans le cloud pour dépasser les capacités internes de l’entreprise, comme par exemple d’accroître ses capacités de production pour être en mesure de travailler sur des projets en 4K (ou même en 8K). La flexibilité et l’évolutivité des projets sont d’ailleurs les principales raisons de la popularité grandissante du cloud.

Tout d’abord, cela signifie que le paiement du stockage se fait désormais sur la base d’un modèle de facturation à l’usage : la société de production sera facturée tant que le stockage est utilisé par un contenu spécifique, mais une fois la production terminée, ce contenu pourra être retiré, archivé, et le coût de stockage correspondant sera annulé. Il devient ainsi plus facile pour les sociétés de production d’augmenter leurs capacités pour répondre aux besoins de projets de plus grande envergure, sans se soucier d’augmenter les frais liés aux suites logicielles et aux applications de montage. Cette réduction de coûts est ensuite répercutée au client.

De la même manière, le travail dans le cloud permet aux sociétés de production d’avoir accès à de nouvelles technologies sur la base d’une facturation à l’usage. Ainsi, si un contenu requiert beaucoup de formats, les sociétés de production peuvent louer la solution technologique dont elles ont besoin via le cloud jusqu’à ce que le projet en question soit terminé. De cette manière, plutôt que d’appliquer un taux standard amplifié, les sociétés de production peuvent allouer les coûts directement à chaque projet.

L’intérêt du recours à l’intelligence artificielle et à l’apprentissage automatique

Maintenant que le travail dans le cloud a gagné en notoriété auprès des experts du secteur, l’étape suivante, en toute logique, serait de recourir à l’intelligence artificielle (IA) et à l’apprentissage automatique pour permettre aux groupes médias de tirer profit au maximum du potentiel offert par les plateformes OTT. En premier lieu, l’IA permet d’utiliser plus efficacement les métadonnées des entreprises et de cartographier le nouveau contenu et celui qui n’a pas encore été indexé, ainsi que de suivre le niveau d’engagement et le renouvellement des contenus existants.

L’IA peut également servir à l’extraction et l’analyse de métadonnées permettant d’identifier le registre de chaque vidéo, sa tonalité et son sujet à partir d’éléments vocaux et textuels, afin de proposer des recommandations aux abonnés. Les métadonnées ainsi enrichies seront essentielles à l’utilisation efficace de l’IA et de l’apprentissage automatique en phase de pré-production.

Réseau IP pour diffusions en direct

En raison de ce tournant vers le cloud, l’IP a lui aussi gagné en popularité dans le monde. Jusqu’à présent, les réseaux IP sont principalement utilisés dans le cadre d’événements sportifs où la majeure partie du contenu est diffusée en direct. Cela permet aux sociétés de production de travailler à distance pour améliorer la qualité de leur couverture pendant et après l’événement.

Face au nombre croissant de projets impliquant des retransmissions en direct depuis des lieux séparés par des milliers de kilomètres, les coûts logistiques des équipes freelance qui incombent aux diffuseurs de contenus sont dispersés et les opportunités pour les diffuseurs deviennent illimitées. L’installation d’un environnement de production sur IP permet également d’utiliser le câblage fibre optique pour le transport des signaux vidéo sans recourir à un énorme portail HD-SDI. Cela permet de s’affranchir de la conversion HD-SDI/fibre optique, chronophage et coûteuse.

 

Il ne fait aucun doute que la route sera longue pour les nombreux diffuseurs de contenus et services de streaming désireux d’attirer à eux la clientèle de plateformes telles qu’Amazon et Netflix. Mais l’utilisation de workflows et de technologies IP dans le cloud leur donne la possibilité de se démarquer de leurs concurrents au sein d’un marché de plus en plus compétitif.

Annonces Google