Pour une gestion centralisée du multi-cloud

Les temps ont bien changé depuis l’époque où le débat des entreprises sur le sujet du cloud tournait uniquement autour de l’adoption d’un modèle public ou privé.

A l’heure de la transformation numérique des entreprises, il est naïf de prétendre répondre à toutes leurs attentes et exigences par une approche aussi manichéenne. Pour y pallier, l’option du cloud hybride s’est naturellement imposée et développée pour donner naissance au multi-cloud.
La question de la différence entre ces environnements cloud est légitime. En réalité, ils sont loin d’être interchangeables. Le multi-cloud représente une approche un peu plus poussée et stratégique. Il constitue l’antithèse de l’enfermement propriétaire. Le multi-cloud promeut une approche mixte associant les technologies et services cloud de premier plan de différents fournisseurs pour créer une solution adaptée à des besoins spécifiques.
Grâce à cette approche multi-cloud plus nuancée qui offre la meilleure agilité, l’apport de modifications importantes, intrusives et coûteuses à l’architecture sous-jacente pour s’adapter à l’évolution des besoins métiers s’avère inutile. Le multi-cloud évite aux entreprises de pâtir des limites et coûts liés à la fourniture de services cloud provenant d’un seul et même fournisseur.
Pourtant, il reste un hic. L’adoption d’une stratégie multi-cloud a l’inconvénient d’être plus complexe, notamment en matière de choix, de flexibilité et de fiabilité. Les applications et charges de travail doivent papillonner entre fournisseurs de services cloud – chacun ayant sa propre interface de gestion et services –. Les entreprises se retrouvent confrontées au résultat du manque de standardisation : la hausse exponentielle des besoins d’intégration à mesure que l’infrastructure technologique prend de l’envergure. Les organisations qui cherchent à garder la main sur un environnement cloud en expansion rapide et varié à l’aide de solutions offrant trop peu de visibilité sont elles aussi en difficulté.
Le potentiel des environnements les plus dynamiques peut être même fortement compromis par cette complexité en l’absence des contrôles et de la structure nécessaire. Le problème se manifeste plus particulièrement dans le cadre de la migration et de la gestion des données d'un cloud à l’autre. Sans une connectivité optimale, le potentiel de perte de données augmente, et l’impact est alors davantage ressenti par les utilisateurs finaux, qui veulent et méritent une expérience utilisateur fluide et cohérente.
L’une des principales erreurs dans l’application de stratégie cloud est la tendance à négliger l’étendue des besoins d’intégration et à ne pas prendre en compte correctement l’intégralité de l’écosystème concerné. Cela inclut les individus, systèmes, sources de données, ainsi que le type d’interconnexion entre chacun de ces éléments. Il n’est pas exagéré d’affirmer que même des approches parmi les plus louables ne font qu’effleurer la question. Il ne suffit pas de proposer une application de qualité pour offrir une excellente expérience client, aussi innovante et multifonctions soit-elle. Si cette dernière n’est pas entièrement connectée, le service proposé sera déficient.
La seule solution est de savoir exactement ce qui se passe à tout moment sur l’ensemble du parc informatique, d’être en mesure de réagir, de répondre aux changements et aux informations collectées de façon aussi rapide et intuitive que possible. En résumé, c’est être en mesure d’observer les données avec leur contexte, via une plateforme de gestion du cloud munie d’une interface unifiée.
Introduire une touche de contrôle et d’uniformité dans un environnement hétérogène est donc critique, tout comme oublier l’idée fausse selon laquelle les mêmes outils produiraient la même expérience utilisateur, quel que soit l’individu concerné. L’accent doit être mis sur la création d’applications et d’intégrations avec un minimum de code, grâce à une approche conviviale, intuitive, et orientée design. Une grande variété d’utilisateurs pourront ainsi développer des applications et incorporer des fonctions visuelles accélérant et simplifiant l’intégration, l’analyse et l’interprétation de données.
L’ajout de connexions simples et rapides à pratiquement n’importe quel composant permettra de prendre en charge les éléments les plus importants dans un environnement cloud vaste et grandissant où certains d’entre eux peuvent aisément passer à travers les mailles du filet. Un risque bien trop grand que les entreprises doivent à tout prix anticiper.

Autour du même sujet

Pour une gestion centralisée du multi-cloud
Pour une gestion centralisée du multi-cloud

A l’heure de la transformation numérique des entreprises, il est naïf de prétendre répondre à toutes leurs attentes et exigences par une approche aussi manichéenne. Pour y pallier, l’option du cloud hybride s’est naturellement imposée et développée...