Mike Miles (Bing) "Toutes les requêtes ne se prêtent pas à la personnalisation des résultats"

Quels sont les atouts de Bing face à Google ? Microsoft est-il satisfait de la pénétration de son moteur en France ? Quelles perspectives voit-il ? Réponses du Program Manager du centre européen dédié à Bing

JDNSolutions. Quelles sont les principales forces et différences de Bing face à Google ? Y-a-t-il de grandes différences algorithmiques, ou les deux moteurs fonctionnent à peu près de la même façon ?

Avec Bing, nous nous sommes appliqués à écouter les utilisateurs qui ressentaient certains manques dans leurs expériences de recherche sur Internet. Nous avons voulu adresser ces besoins réels non satisfaits et combler ces manques, notamment perceptibles lorsqu'il s'agit de prendre une décision ou de réaliser certaines tâches en s'appuyant sur un moteur de recherche. Bing a donc pour ambition de fournir un outil qui aide mieux à passer de la recherche à l'action.

De plus, un modèle de recherche développé il y a plus de dix ans ne peut pas suivre le rythme de l'évolution de l'information sur Internet. Le contenu web est aujourd'hui incroyablement dynamique : il a littéralement explosé et il est devenu nettement plus riche. Nous pensons que Bing offre une nouvelle expérience qui permet de mieux s'y retrouver dans ce magma d'informations. Les internautes recherchent tout le temps du texte, de l'audio, de la vidéo, des images... nous avons bâti Bing pour fournir de meilleurs résultats incluant tous ces types de contenus.

Enfin, Bing a été conçu pour permettre aux internautes de trouver rapidement l'information dont ils ont besoin. Pour cela, la manière dont sont présentés certains résultats a été changée. Il est par exemple plus aisé de filtrer et d'affiner les résultats en utilisant les fonctionnalités dans le menu qui se trouve à leur gauche [ces fonctionnalités proposent les recherches souvent associées ou l'historique des requêtes déjà tapées, entre autres, NDLR]. Pour certaines requêtes, Bing va aussi pouvoir savoir quelle information cherche l'internaute et la mettre en valeur. C'est ce qu'on appelle "la réponse instantanée" qui s'affiche dans un bloc à part, en haut des résultats.

Pourquoi les interfaces utilisateurs de Bing et de Google sont-elles si similaires, avec exactement le même code couleur (lien en bleu, url en vert, etc) ?

Bing a été pensé pour répondre aux besoins actuels des internautes lorsqu'ils effectuent une recherche. Ces besoins ne se limitent pas à 10 liens bleus sur une page de résultat. Nous nous efforçons d'aider les internautes à réaliser leur tâche plus vite en leur présentant des contenus présentés et organisés de la manière la plus pertinente possible.

En France, neuf recherches sur dix, à peu près, sont réalisées par Google, et Bing en réalise moins d'une sur dix. Etes-vous satisfait de ces chiffres ? Quels sont vos objectifs à court et moyen terme ?

Nous avons lancé Bing en France il y a un an, et les débuts sont très encourageants. C'est un début prometteur pour l'Hexagone, qui est un marché particulier et très compétitif. Aujourd'hui, selon les chiffres Médiamétrie NetRatings portant sur le mois de janvier, Bing.fr représente 7.6 millions de visiteurs uniques par mois, soit un taux de pénétration de 18.3% de des Français connectés à Internet.

Et si le marché est actuellement monopolisé par un seul grand acteur, les utilisateurs sont en fait moins captifs qu'ils n'en ont l'air. Une récente étude que nous avons réalisée avec Ipsos MediaCT nous a clairement confirmé que les internautes sont ouverts à de nouvelles expériences de recherche.

"Les signaux sociaux peuvent aussi aider à déterminer la pertinence d'un contenu"

Tout comme Google, Bing se sert des réseaux sociaux pour personnaliser les SERP. Pensez-vous que cette personnalisation est pertinente pour tout type de requête ?

Dans le monde réel, les gens aiment bien avoir des conseils et des avis de leurs amis avant de commencer à entreprendre quoi que ce soit. Ils veulent que ce soit aussi possible en ligne. Et les pages de résultat d'un moteur sont un lieu naturel pour recueillir ces données, disponibles sur les réseaux sociaux en quantité croissante. Les SERP peuvent beaucoup y gagner en pertinence.

Cependant, il y a clairement des types de requête qui se prêtent plus volontiers à ces résultats personnalisés par les réseaux sociaux. C'est par exemple le cas pour des recherches qui ont concernent les voyages, les informations locales ou même les commérages. C'est moins le cas pour les requêtes navigationelles.

Pensez-vous que les signaux émis par les réseaux sociaux aient un jour en SEO l'impact des backlinks ?

Une large variété de signaux sont utilisés pour classer les pages, et ceux issus des réseaux sociaux en font partie. Ces signaux émis par les réseaux sociaux peuvent nous être particulièrement utiles, notamment car les moteurs ont toujours besoin de trouver du contenu frais. Les signaux sociaux peuvent aussi aider à déterminer la pertinence d'un contenu, et donc finalement à trouver les contenus frais qu'il faut parcourir, indexer et montrer aux internautes en priorité.

En France, où Bing est notamment partenaire des PagesJaunes, les résultats issus de ce partenaire peuvent directement bondir dans les premiers résultats. N'est-ce pas un peu injuste pour les sites qui ne sont pas indexés par les PagesJaunes ?

Comme expliqué précédemment, afficher des réponses instantanées est l'une des missions de Bing. Présenter instantanément en haut des résultats un résultat associé à un lieu, avec des données objectives, comme l'adresse et le contact, permet de souvent répondre aux questions que formulent les internautes au travers de certaines requêtes. Cela les aide à trouver l'information qu'ils recherchent plus vite. En outre, la page de résultat ne se limitera pas aux résultats de PagesJaunes et présente aussi d'autres sites web.

Et, après plusieurs tests et une minutieuse évaluation de sources alternatives de données locales, PagesJaunes est apparu comme l'acteur fournissant l'index le plus compréhensible et qui répondait le mieux aux souhaits des internautes lorsqu'ils effectuent une recherche localisée.

Nous avons fait le choix de travailler avec des partenaires quand nous pensions qu'ils pouvaient améliorer l'expérience utilisateur. Par exemple, nous savons que Facebook est le plus grand réseau social, il nous a donc semblé logique de travailler avec eux pour apporter la dimension sociale pertinente aux résultats plutôt que de créer de A à Z un nouveau réseau social. Et pour le marché français, nous avons choisi de travailler avec les PagesJaunes car ce sont les leaders sur un secteur, avec la meilleure granularité et qualité d'informations locales en France.

Quand Facebook sera-t-il intégré aux résultats de Bing.fr comme c'est le cas aux Etats-Unis ? Quand les données liées à ce réseau social vont-elles apparaître dans Bing Webmaster Tools, où leur absence peut aujourd'hui étonner...

Nous allons continuer à innover dans le secteur des réseaux sociaux. Nous présenterons de nouvelles fonctionnalités pour la France lorsque des mises à jour seront disponibles.

Pour rappel, nous annonçons de nouvelles fonctionnalités très souvent, et les derniers développements sont à suivre sur notre blog pour webmaster, actualisé chaque semaine.

Basé à Londres, Mike Miles est Program Manager du centre européen dédié à Bing, le Search Technology Center, ou "STC", Europe. Il a rejoint Microsoft il y a dix ans et a ensuite travaillé au sein de la division MSN lorsque le moteur était encore lié encore à MSN. Il y a trois ans, il a rejoint la petite équipe qui composait le STC Europe.

"Toutes les requêtes ne se prêtent pas à la personnalisation des résultats"
"Toutes les requêtes ne se prêtent pas à la personnalisation des résultats"

En savoir plus Ebook JDN Premium - extrait : Le référencement sur mobile de A à Z (par O. Andrieu) Sebastien Monnier (Woptimo) : "En SEO, certains backlinks peuvent être toxiques" Dossier : Comment optimiser son référencement local ...