SEO : les partages sur Google+ n'améliorent pas les positions d'un site

SEO : les partages sur Google+ n'améliorent pas les positions d'un site Quel est l'impact de Google+ sur le SEO ? Une nouvelle étude tord le cou à quelques idées reçues...

Partager du contenu sur Google+ le fait-il remonter plus haut dans les résultats de Google ? C'est l'une des questions auxquelles a tenté de répondre le spécialiste du SEO Eric Enge au travers d'une étude assez poussée sur ce sujet. Et sa conclusion est claire : rien ne le prouve. En revanche, ces partages peuvent bien aider Google à découvrir, voire indexer du contenu...

La méthodologie de l'étude

Son étude a été réalisée sur trois différents sites, pour lesquels deux pages "au contenu pertinent" ont à chaque fois été écrites. L'une des deux pages a été partagée sur Google+ 6 fois, l'autre plus de 30 fois, en plusieurs vagues. Une vague de partage réalisée par des profils Google+ d'autorité (très encerclés et actifs) a aussi été réalisée sur cette deuxième page de test.

Pour bien percevoir l'effet de ces seuls partages, l'étude s'est efforcée d'éliminer l'accès à ces pages aux internautes et aux outils tiers. Les pages n'avaient ni bouton+1, ni tag Google Analytics, ni rien qui puisse aider Google à les découvrir. Les pages n'ont d'ailleurs reçu aucun backlink, du moins selon la plupart des outils dédiés connus du marché. Une procédure spéciale, avec une page d'avertissement et d'explications, a été mise en place pour respecter ces conditions. Bref, "la méthodologie de l'étude a été pensée pour maximiser les chances que les partages Google+ soient le seul moyen que Google ait pour découvrir, indexer et classer les pages", résume Eric Enge.

Il fallait ensuite regarder ce que remontait Google pour des requêtes de type longue traine liées aux pages du test. Si les partages Google+ affectaient la position des pages dans les résultats, les pages devaient être impactées par les différents partages réalisés.

Or, cela ne n'est tout simplement pas produit.

Rien ne lie les changements des positions des pages à leur partage sur Google+

google+ seo
Pour l'une des pages partagées sur Google+, les mouvements observés dans les résultats ne semblent pas causés par les partages. L'analyse des autres pages partagées, pour d'autres requêtes, mènent à la même conclusion. © Eric Enge / Stonetemple.com

Pour l'une des pages partagées par vague sur Google+ , Eric Enge écrit "qu'il n'y a tout simplement pas eu de mouvement dans les résultats durant tout le test". La page qui n'a pas bénéficié des vagues de partage a même plus bougé dans les pages de résultats....

Pour un autre site, des changements de positions plus ou moins sensibles ont été observés le 24 août, soit... 20 jours après une vague de partages, et surtout quelques jours après une possible mise à jour majeure de l'algorithme du moteur. Mais, juste après les vagues de partage, la page a plutôt eu tendance à descendre dans les résultats. Quant à la page qui n'avait pas bénéficié des vagues de partages, elle n'a pas bougé le 24 août, mais.. le 31 août.

Les autres tests convergent vers des conclusions similaires : rien ne semble lier les changements des positions des pages à leurs partages sur Google+.

Partage sur Google+ pour indexer le contenu

Cependant, l'analyse des logs pousse Eric Lenge à affirmer que Google+ a permis à Google de découvrir le contenu. Plus précisément, il s'est aperçu qu'il a fallu moins de 6 minutes au Googlebot pour venir sur la page après le premier partage, et que ce robot est revenu après chaque partage.

Par ailleurs, les 6 pages du test sont toutes apparues dans les résultats de Google 10 jours après avoir été partagées pour la premières fois. Et, comme ces pages n'ont bénéficié d'aucun backlink, Eric Enge ne voit pas quel autre signal, à part les partages Google+, le moteur aurait pu utiliser pour indexer les pages.

Mais, si des partages de Google+ peuvent aider le moteur à découvrir et indexer du contenu, Eric Enge est formel, rien ne prouve que partager du contenu sur son réseau social l'aide à remonter plus haut dans les résultats.

Annonces Google