100 développeurs français d'influence au niveau mondial

Rapport de Tariq Krim Dans un rapport remis le 25 mars à Fleur Pellerin, Tariq Krim dévoile une liste d'une centaine de développeurs français occupant des hauts postes dans les grands groupes IT mondiaux.

Tariq Krim, fondateur de Netvibes, président directeur général de Jolicloud, a remis aujourd'hui à Fleur Pellerin son rapport sur les développeurs français (le document est téléchargeable sur le site du Ministère du redressement productif). L'objectif de ce rapport ? En premier lieu montrer que la France est pleine de talents dans ce domaine. "J'y cite une centaine de noms de développeurs français qui jouent ou ont joué des rôles importants dans l'industrie numérique", explique Tariq Krim. Parmi ces développeurs, on peut trouver Romain Guy, ex-développeur de l'équipe officielle d'Android, Jean-Luc Vaillant, cofondateur de LinkedIn, Ludovic Champenois, ingénieur Google Cloud Platform, ou encore Fabrice Bellard, créateur notamment de librairies audio-vidéo bien connues dans le monde des navigateurs.

krim
Tariq Krim, fondateur de Netvibes, président directeur général de Jolicloud, a travaillé plusieurs années dans la Silicon Valley. © Jolicloud

Alors journaliste, l'homme a travaillé plusieurs années dans la Silicon Valley, comme correspondant pour La Tribune. Il suit pour le quotidien l'émergence d'Internet aux Etats-Unis. "Je me suis rendu compte à cette époque que c'était bien la convergence à cet endroit d'une population aux compétences incroyables qui faisait toute la différence, et non pas l'infrastructure réseau paradoxalement parfois faible dans cette région. C'est bien sur ce point que j'ai souhaité me concentrer dans mon rapport", commente Tariq Krim pour expliquer la genèse de ce travail. 

Introduire l'apprentissage du code dès l'école primaire pour susciter les vocations

Tariq Krim préconise d'abord de valoriser les développeurs au travers des filières de formation. "Nous avons eu trop tendance à privilégier en France les profils d'école de commerce au détriment des ingénieurs. Il va falloir rapidement rééquilibrer la balance en faveur des seconds, et des développeurs en particulier, si la France veut peser dans l'économie numérique au niveau mondial", martèle Tariq Krim. "Aux côtés des compétences marketing, il faut réintroduire l'envie de créer de la technologie en rupture avec ce qui existe. Aux Etats-Unis, c'est l'exemple des réussites de Deezer et Spotify face à Youtube."

Dans la même logique, l'entrepreneur français conseille d'introduire beaucoup plus tôt l'apprentissage du code dans les programmes de l'Education nationale. "Il faudrait quasiment proposer cet apprentissage à l'école primaire pour favoriser l'émergence de vocations", commente Tariq Krim, se rappelant ses premiers pas dans le développement sur un Apple 2 puis un Comodore 64. Autre piste : promouvoir, parallèlement aux cycles d'ingénieur de cinq ans, des formations initiales plus courtes, qui puissent évoluer rapidement pour coller à un marché en perpétuel changement. Tariq Krim croit également que le développement peut servir de levier pour remettre les décrocheurs sur les rails. "Si vous savez programmer, vous êtes employable", note-t-il. "Cette idée a beaucoup intéressé Fleur Pellerin."

Enfin, Tariq Krim préconise d'associer plus intimement les développeurs à la réforme numérique de l'Etat. Selon lui, ils pourraient jouer un rôle clé dans l'optique de moderniser les sites web de l'administration française, notamment en vue de les adapter à la mobilité, tout comme sur le terrain des API "où l'Etat présente aussi des lacunes."

 

Tariq Krim