Stootie lève 7,4 millions d'euros pour sa plateforme de services entre particuliers

La start-up française, qui permet à tout un chacun de proposer ses services contre rémunération, veut accroître sa notoriété et créer des outils pour maximiser ses revenus.

Stootie annonce avoir levé 7,4 millions d'euros auprès de CapDecisif Management, de Bpifrance via le fonds Ville de Demain, de Maif Avenir et de deux family offices liés au fondateur d'Ooshop Guy Paillaud. Fondée en 2011 et lancée en juin 2012, la start-up édite un site et une application mobile permettant à ses utilisateurs de fournir ou de demander un service : bricolage, esthétique, coiffure, aide au déménagement, courses, ménage, réparation, babysitting, expertises diverses…

Ces "missions" sont réglées soit de la main à la main, soit par carte bancaire sur la plateforme, qui agit alors en tiers de confiance et ponctionne une commission de 18% du montant de la transaction.

Au-delà des services, Stootie est également utilisée pour acheter et revendre des biens physiques, qui représentent 30% de l'activité. Mais contrairement au pionnier américain TaskRabbit, le profil des utilisateurs de Stootie est le même pour les demandeurs et les offreurs. Une façon de les encourager à faire affaire avec la communauté, qui s'organise en réseau social géolocalisé.

La start-up compte 600 000 membres partout en France, soit 2,4 fois plus qu'il y a un an, qu'ils soient des particuliers ou des professionnels. Les demandeurs ont la possibilité de consulter et de filtrer par catégorie et par zone les missions proposées par les offreurs, mais peuvent aussi poster leur demande, que Stootie transmet à tous les offreurs potentiellement concernés. "Lorsque vous demandez un service, vous obtenez généralement une réponse en 10 minutes à Paris et en une heure dans une ville moyenne", indique le fondateur Jean-Jacques Arnal.

500 000 euros de volume d'affaires mensuel

Les offreurs de mission actifs, qui fixent librement leurs prix, retirent en moyenne 300 euros par an de leur activité sur Stootie. Quant à la plateforme, qui dénombre environ 100 000 utilisateurs par mois sur mobile et autant sur le fixe, elle revendique actuellement un volume d'affaires d'un demi-million d'euros par mois.

"Nous n'en sommes qu'au début des services peer-to-peer, analyse Jean-Jacques Arnal. Nous allons utiliser les fonds levés pour investir dans notre notoriété et faire connaître notre app de tous les Français. D'autre part, nous allons développer plus d'outils pour les utilisateurs, en particulier afin d'accroître l'adoption du paiement via Stootie, notre levier de monétisation." La société avait déjà levé 1,2 million d'euros en avril 2015 auprès de CapDécisif, Xavier Niel et Jean-David Blanc.

 

Et aussi :

 

Levée de fonds / Retail