Zankyou, le pure player qui organise les mariages de A à Z

Zankyou, le pure player qui organise les mariages de A à Z Avec son annuaire de prestataires, ses listes de mariage, ses contenus édito, et son application, l'e-commerçant espagnol attire 6 millions de visiteurs uniques par mois dans le monde.

Que les futurs époux puissent organiser en ligne toutes les étapes de leur mariage, voilà le concept de Zankyou. Développés en interne, son site et son application accueillent 6 millions de visiteurs uniques par mois dans 23 pays. 350 000 couples s'y enregistrent chaque année. A 80%, l'audience est féminine et passe par smartphone. Fondée en 2008 en Espagne, créée la même année en France, l'entreprise emploie aujourd'hui 200 personnes dont 180 au siège à Madrid. "Nous sommes une sorte de place de marché qui met en contact les futurs mariés et les prestataires", résume d'abord Guillermo Fernandez-Riba, cofondateur de Zankyou. En France, 7 700 professionnels sont référencés. Des grands comptes jusqu'aux photographes particuliers en passant par les traiteurs.

Au-delà de cette marketplace, Zankyou permet aux mariés de créer facilement un site perso. Ce dernier regroupe toutes les informations utiles comme une carte Google, les confirmations de présence, les hôtels à proximité ou encore des photos. En France, plus de 20 000 sites ont été créés en 2016, avec pour l'instant une augmentation de 20% en 2017 par rapport à l'an dernier. Ce service est gratuit, mais l'e-commerçant propose des options payantes pour se rémunérer. Comme un design amélioré à 29 euros ou la possibilité de télécharger plus de photos. Cependant cette activité ne représente qu'une petite part de son business.

La force des e-listes de mariage

50% de ses revenus en France proviennent des listes de mariage. "Nous prenons une commission de 1,65% du montant total des cadeaux, plus un euros par transaction", indique Victor Mignot, country manager France chez Zankyou. Avant juin, c'était 2,25% du montant total et 50 centimes par transaction. En moyenne, les dons représentent 134 euros par personne en France contre 284 euros en Espagne. Les mariés récupèrent l'argent directement sur leur compte bancaire.

Zankyou revendique 500 000 visiteurs par mois en France

Des listes de mariage en partenariat avec le Printemps existent également. Nommées "listes 50/50 cash & shopping", elles permettent de dépenser la moitié dans la célèbre enseigne de magasins et de reverser l'autre moitié sur un compte. "Nos mariés ont en général entre 25 et 35 ans. Ce sont des millennials, qui veulent plutôt de l'argent pour voyager alors que la famille pousse à acheter des objets utiles pour la maison", constate Victor Mignot. Le Printemps rémunère Zankyou pour un montant non communiqué. L'année dernière, une association similaire a été développée en Allemagne avec Galeria Kaufhof. Depuis un mois, la start-up a lancé une collaboration de ce type avec Amazon en Italie et en Espagne.

Zankyou produit enfin des contenus en ligne à la manière d'un média. Cinq rédacteurs publient des articles et mettent en avant des prestataires contre rémunération. Par exemple, "Les 10 meilleurs lieux de réception" ou encore des reportages sur des mariages pour en inspirer d'autres. De quoi travailler son référencement puisque Google représente près d'un tiers de son trafic (il revendique 500 000 visiteurs par mois en France). Au global, 80% des revenus proviennent de la publicité, notamment grâce à ses contenus, contre 20% des listes de mariages.

Et aussi :

Marketplace / Retail

Annonces Google