Comment émerger sur Facebook grâce au growth hacking

Comment émerger sur Facebook grâce au growth hacking Inviter les gens à aimer votre page, booster l'engagement via les live ou encore trouver vos prospects sur Facebook… Voici les astuces pour émerger.

Sur Facebook, la lutte pour l'attention de l'utilisateur est une bataille de tous les instants. Pour booster leur nombre de fans, doper l'engagement de leurs publications et donc leur reach (la part de voix), les community managers et administrateurs de pages ont parfois recours au growth hacking. La méthode popularisée par l'écosystème des start-up, permet de jouer intelligemment avec les règles de la plateforme pour obtenir plus rapidement de la croissance. Voici comment 

Draguez vos prospects cibles sur Facebook

Custom audience est un outil qui permet à une société de croiser sa base de données emails avec celle de Facebook pour pouvoir retrouver ses clients sur la plateforme et ainsi leur proposer de devenir fan de la page. Pratique lorsque vous êtes aux débuts de l'aventure sur la plateforme. Cette étape passée, vous pourrez vous servir de l'outil pour faire de l'acquisition.

C'est très simple, il vous suffit de lister les groupes Facebook qui se rapprochent de la niche d'audience que vous visez et d'utiliser des outils comme Growthers.io ou encore Grouply pour en extraire des informations clés comme le nom, la société ou l'email des membres. Des outils comme Toofr ou encore leadIQ vous permettent en outre d'identifier l'adresse email pro associée à un nom.

A noter que Custom Audience de Facebook est un outil qui n'est activable que pour des emails obtenus via un opt-in. Certains font peu de cas de cette obligation et l'activent malgré tout, au risque de se faire prendre. D'autres préfèrent d'abord envoyer un email partenaire et activer l'email contact via Custom Audience une fois qu'il y a eu une interaction.

Invitez ceux qui aiment vos publications (mais pas votre page)

Si vous avez moins de 100 000 fans, Facebook vous donne la possibilité d'inviter les utilisateurs qui ont liké un de vos contenus à devenir fan de votre page. Pour se faire, cliquez sur le nombre de like de votre post. Une boite de dialogue intitulée "Inviter les personnes aimant cette publication à aimer votre page" va s'ouvrir et la liste des personnes ayant aimé la publication va s'afficher. A côté de chaque personne il y a un bouton "inviter" pour inviter la personne à liker votre page ! La manœuvre ne peut en revanche être effectuée que depuis un desktop.

Si cette fonctionnalité ne permet pas de recruter massivement des fans, elle favorise l'acquisition de profils qualitatifs. L'opération peut s'effectuer manuellement mais s'avère  fastidieuse passé un certain seuil. Une extension gratuite existe sur Chrome pour vous permettre d'automatiser la manœuvre. A noter que le nombre d'invitations est plafonné à 5 000 par jours.

Profitez des live vidéo pour recruter

Bouygues Telecom, le LCL ou encore la page Sucre Daddy. Beaucoup de community managers ont recours au format Live pour doper l'engagement de leur page. Exemple avec Daddy : durant un live, le commentaire d'un internaute génère une action : couper une part de buche. Pour les inciter à commenter, Daddy offre un cadeau à cinq d'entre eux. L'opération a permis à la page de générer près de 10 000 commentaires. Une belle performance au regard de son audience de 160 000 fans. D'autant que ces 10 000 commentaires ont sans doute permis à la page de recruter de nouveaux fans en apparaissant sur autant de fil d'actualités d'internautes… et en la faisant connaître.

"C'est tout un écosystème de solutions technologies dédiée la mise en place de lives plus interactifs qui a émergé. Facebook a d'ailleurs décidé de mettre en avant certaines d'entre elles dans un espace dédié", note Thibaut Trézières, PDG du MCN Facebook, VerticalY, et fondateur du média natif Pause Caféin (1 million de fans sur Facebook). La mécanique, inspirée de Twitch, un spécialiste du live pour les gamers racheté par Amazon, vous permettra de glaner pas mal de like et commentaires. Attention toutefois à bien respecter les CGU de Facebook :un administrateur de page ne peut pas demander aux fans de partager un contenu sur leur timeline ou taguer le nom d'un ami pour bénéficier d'une promotion ou gagner un concours.

Alliez-vous à des pages plus importantes

Thibaut Trézières propose par ailleurs de contacter les pages qui ont beaucoup de fans… mais peu de contenus pour effectuer des opérations de cross-posts. Pas un luxe alors que Facebook a marqué sa volonté de s'attaquer à l'engagement bait et aux pages qui abusent du "Tague un pote qui…". Le fondateur de Pause Caféin explique être lui-même à l'affut de pages qui peuvent créer des sujets pour lui. "C'est finalement le même principe que les infographies ou les backlinks qu'un éditeur de site va rechercher pour gagner en notoriété sur le Web. C'est par exemple ce que nous faisons sur Pause Cafein avec des talents comme Kidults."

Evidemment prenez soin de vous allier avec une page qui partage vos valeurs et s'adresse à la même cible afin d'optimiser les retombées du partenariat.

Payez… malin

"Les vraies méthodes de growth hacking se trouvent désormais du côté de la publicité, note Thibaut Trézières. La croissance organique et le trafic gratuit, c'est quasiment fini !" Car il ne suffit plus de regarder le nombre de fans recrutés à un instant T. "L'essentiel c'est la long term value, la rétention et l'engagement des fans." Il s'agit donc moins de faire grimper le nombre de fans que de tirer le chiffre d'affaires du site Web vers le haut.

Désireux de montrer sa capacité sur ce terrain-là, Facebook n'hésite plus à proposer des formats publicitaires "sortants", à l'image d'un lien à intégrer dans ses publicités, encore méconnu, qui permet de booster votre taux de conversion (et notamment le nombre de visites sur votre site). Le lien intégré dans une photo ou une vidéo permet, lorsque l'utilisateur clique dessus, de le faire sortir de la plateforme pour atterrir sur une landing page où le contenu apparait en grand format. Ce "hack" publicitaire est rendu possible par l'utilisation du Meta Tag de l'Open Graph Facebook. Un exemple de ce format "click to play" est à voir ici.

Le format a été testé par VerticalY dans le cadre d'une opération menée avec Meetic et d'une vidéo postée par l'influenceuse Laura Calu. "Tout l'enjeu est de garder la personne le plus longtemps possible sur la page et l'inciter au scroll", conseille Thibault Trézières. La vidéo avec Laura Calu a généré par ce biais 44 000 clics sortants pour 1,3 million de vidéos vues.

Oubliez le likejacking et le "tague un ami"

La technique du likejacking, qui consiste à cacher le bouton "J'aime la page X" quelque part au sein d'un site pour que l'internaute qui croit cliquer sur un lien, like en réalité une page Facebook sans s'en apercevoir, ne fonctionne plus. Beaucoup de réseaux de pages ont prospéré sur cette fonctionnalité. Ils ont pour la plupart été dégagés par Facebook début octobre. "Facebook fait un gros update sur son plugin de like pour supprimer la faille dont profitaient les likejackers", pointe Thibaut Trézières. Idem pour le "Tague un ami…". "C'était une des façons historiques d'engager l'utilisateur sur la page, tout en amusant la communauté", commente Thibaut Trézières. Mais Facebook a annoncé qu'il réduirait le reach des publications des pages qui s'y adonnent

Et toujours : 

Facebook / Martech

Annonces Google