Mobile : ce qu'il faut retenir des salons de Barcelone et de San Francisco

Que faut-il retenir de ces deux événements ? D'abord que les Etats-Unis sont loin d'avoir dit leur dernier mot en matière de mobile. Ensuite, que le contenu reste l'enjeu principal et que le modèle de commercialisation change.

A dix jours d'intervalle deux évènements importants ont eu lieu concernant le secteur du mobile : le Mobile Marketing Forum à Barcelone et le CTIA à San Francisco.

Les Etats-Unis professionnalisent le secteur du mobile avec le Mobile Marketing Forum de Barcelone

Cet événement, organisé durant 2 jours par la Mobile Marketing Association Américaine en collaboration avec la Mobile Marketing Espagnole, regroupait à la fois des experts du marketing mobile américains et européens.

Il est toujours impressionnant de voir à quel point les Etats-Unis savent industrialiser et professionnaliser un secteur sur lequel il est commun de penser qu'ils sont en retard par rapport à l'Europe. Comme me le disait le président d'Ericsson IPX aux Etats-Unis, dans l'expression "Mobile Marketing" il y a "Mobile", secteur sur lequel les Etats-Unis ont deux ans de retard par rapport à l'Europe, mais il y a aussi "Marketing", discipline inventée par les Etats-Unis. Alors, que penser ?

L'audience est toujours constituée d'experts du marketing mobile, et encore peu ou pas d'annonceurs, si ce n'est les mêmes marques et cases studies que l'on retrouve à chaque conférence : Coca-Cola, Nike, Reebook, bref rien de neuf sous le soleil.

En revanche, il est intéressant de voir que les opérateurs y participent de plus en plus mais ont-ils le choix ? En effet, chacun d'entre eux fait du marketing et de la publicité sur mobile un axe de développement majeur de leur stratégie pour les 3 à 5 années à venir. Développement de forfaits data illimités, commercialisation de leur inventaire mobile, alliances stratégiques entre opérateurs, média traditionnels et annonceurs, etc.

Je retiens aussi et surtout le dynamisme de deux marchés dont on parle peu et qui sont très dynamiques en matière de marketing mobile : la Grèce et la Turquie.

Les contenus sur mobile sont l'enjeu principal du CTIA de San Francisco

Le CTIA de San Francisco, sorte de mini 3GSM à Barcelone, adopte une posture différente : beaucoup plus de technologies, d'exposants, d'acteurs globaux du mobile et toujours une même tendance... le Marketing Mobile.

Derrière ces deux mots, on retrouve toutes les définitions possibles et imaginables dont il serait temps de définir le périmètre exact afin de ne pas y mettre tout ce qui n'est pas conceptualisable dans le métier du mobile. Il faut dire que la plupart des acteurs de notre industrie, et même les dirigeants des agences qui se disent expertes en marketing mobile, n'ont jamais passé une seconde dans une agence de marketing et sont plus des experts télécoms ou de bons techniciens que des experts du marketing...

Voici ce qu'il faut retenir. Tout d'abord, il n'y a pas de révolution technologique majeure, le secteur du mobile arrive à maturité des technologies.

Ensuite, les contenus restent l'enjeu principal de ce salon avec une explosion de la commercialisation et des attentions autour des jeux et applications java (ou autres applications embarquées). Il suffit de voir la publication des derniers chiffres de vente de la société la plus emblématique de ce secteur, Gameloft, pour s'en convaincre.

De plus, les modèles économiques changent. Le modèle de commercialisation des contenus et des services payants sur la facture de l'opérateur ou modèle du premium commence à chanceler au profit d'un modèle financé par la publicité. Tout le monde l'annonce ! La réalité est tout autre, il y a certes des tests qui sont réalisés mais pour le moment, rien de probant. Il faudra encore attendre que le marché publicitaire mûrisse, que les annonceurs y voient leur intérêt et que les agences médias des grands groupes de communication intègrent le mobile dans leurs recommandations d'achat d'espace. Il est possible de penser que ce sera le cas en 2009 voir 2010.

Apple et Google, références aux deux évènements, imposeront le mobile comme vecteur de communication, de commercialisation de contenus et de support publicitaire.

En conclusion, le MMF de Barcelone se veut le salon européen du marketing mobile, le CTIA de San Francisco, le salon du mobile aux Etats-Unis. Durant ces deux évènements, deux sociétés sont en permanence citées en référence comme les futurs acteurs clefs du marché, Apple pour son I-Phone et Google pour son modèle économique publicitaire.

Même si dans les faits, la part de marché d'Apple sera encore pour de nombreuses années loin derrière les Nokia, Motorola, et autres Samsung, et l'influence de Google sur le marché du mobile encore modeste, il est tout de même intéressant de noter que ces deux acteurs américains permettent de mettre en lumière l'intérêt du mobile comme vecteur de communication, de commercialisation de contenus et de support publicitaire.

Ainsi les investisseurs qui avaient quitté les allées des salons mobiles ces dernières années au profit du fameux Web 2.0 recommencent à flâner dans les allées afin de dénicher les futurs pépites du secteur du mobile dans lesquelles investir.

Autour du même sujet