Les politiques face à internet : quand facebook tourne à la corvée

Bien sûr, la plupart des politiques ont leur page facebook. Mais cette volonté de paraître dans le coup (ou en tout cas de ne pas paraître "en dehors") s’en ressent inévitablement sur les contenus et la sincérité de la démarche.

A l'instar de la plupart des blogs, les pages facebook de nos politiques n'ont pas grand intérêt. Elles sont fortement autocentrées ("ma dernière intervention télévisée", "mon dernier communiqué", "ma dernière intervention à l'Assemblée"...), faibles en informations inédites et rarement, très rarement, interactives. Mais le moins pardonnable (et le plus critiquable) consiste sans doute de ne pas tenir à jour ses informations. Ne pas dire grand-chose, à la limite pourquoi pas. Mais ne rien dire de récent c'est manifester ouvertement qu'on est vraiment sur Internet par devoir. Autant dire qu'il vaut mieux éviter.

Qu'en est-il du degré d'actualisation des pages facebook de nos principaux leaders politiques
 ? Pour le savoir, nous avons sélectionné et étudié les pages facebook de 10 personnalités politiques UMP et PS (1). Cinq à droite : Nicolas Sarkozy, François Fillon, Jean-François Copé, Xavier Bertrand et Nathalie Kosciusko Morizet (pour son implication reconnue dans les nouvelles technologies et son intervention largement médiatisée sur les geeks).  Et cinq à gauche : Martine Aubry, Ségolène Royal, François Hollande, Manuel Valls et Dominique Strauss-Kahn. Résultat : tous tiennent (avec plus ou moins d'entrain) leur page facebook à jour.

Deux personnalités de gauche ne se sont pas penchées sur leur page facebook depuis quelques temps : Manuel Valls et Martine Aubry. La page de Manuel Valls a été réactualisée pour la dernière fois le 6 mars (2010, quand même) et la dernière information de Martine Aubry remonte au... 26 janvier (toujours de cette année). Preuve s'il en est que les différences d'âge (M. Aubry est née en 50 et M. Valls, en 62) n'expliquent rien aux différences d'intérêt pour Internet.

Côté actualités (même périmées), les deux pages ne délivrent quasiment aucune information. Martine Aubry se contente de donner "Rendez-vous ce soir (26 janvier), à 20h15, dans le journal de Laurence Ferrari sur TF1" et Manuel Valls de référencer deux publications : une sur le libéralisme de gauche (du 20 janvier, avec un lien à wikipedia) et une autre sur les élections régionales.

Côté profil, la première secrétaire se contente d'afficher sa bio Wikipedia quand Manuel Valls parle de lui à la troisième personne et renvoie, lui aussi, à sa bio wikipedia (une pratique très courante sur facebook). Côté favoris, enfin, Martine Aubry renvoie à la page facebook du PS et au site "Coopol" ("la coopérative politique de ceux qui veulent agir à gauche") tandis que Manuel Valls affiche son dernier livre et, sans donner plus d'explication, un article sur le vote des mariages homosexuels en Islande.

Difficile dans ces conditions de s'étonner du peu d'engouement suscité par ces deux personnalités sur le célèbre réseau social : dans l'édition de juin du classement des politiques sur Facebook, Martine Aubry occupe la 46e place et Manuel Valls la 79e, très loin derrière Nicolas Sarkozy (1er de ce Top 100 ), suivi par Olivier Besancenot, Rama Yade, Jacques Chirac et Ségolène Royal (2).

Mais est-ce si grave ? Sans doute pas.
DSK (pourtant hors Top 100) et Martine Aubruy (pourtant à la traîne sur facebook) sont au plus haut dans les sondages quand Nicolas Sarkozy, lui, est au plus bas. Comme quoi Internet est bien un monde à part...

(1) Cette étude a été réalisée le 21 juillet 2010, entre 16h et 18h (2) Voir à ce sujet la dernière édition du classement des politiques sur Facebook Ici

Autour du même sujet