Le meilleur moyen de gagner de l'argent : vendre sa société le jour de sa création…

Vendre sa société est un sujet délicat et sensible pour des raisons émotionnelles et financières. Le meilleur moyen de l'aborder est de prévoir la cession de sa société dès le premier jour de sa création.

A quel moment doit-on enclencher le processus de cession de sa société? Question délicate, empêchant de nombreux entrepreneurs de dormir.  Pour un entrepreneur, vendre sa société signifie perdre une partie de son identité. En effet, il voit disparaître en l’espace d’un instant, des années d’investissements, de sacrifices et de dur labeur qui lui avaient permis de bâtir son projet avec succès. Il va falloir composer avec l’affectif et l’émotionnel pour mener à bien la transaction. En observant plusieurs sociétés qui ont réussi leur sortie, la réponse est simple, la cession d'une société se prépare au lancement de celle-ci, dans son business plan initial.

Rapprocher la stratégie de la société et la sortie de la société

Se préparer dès le premier jour à céder sa société, force le fondateur à composer en permanence avec cet objectif.  Petit à petit, l’entrepreneur crée une distance émotionnelle entre lui et la société, ce qui lui permet de guider de nombreuses décisions d'investissements et des choix de développement.  Un fil conducteur est ainsi crée et empêche de se disperser. Par nature, un entrepreneur est un puits sans fond d’idées. Le fait de pouvoir rapprocher la stratégie de la société avec celle de sortie permet de pondérer différemment les opportunités de développement et ce, en fonction de la cession, mais aussi de la valorisation de la société.

Avoir pour leitmotiv « cession », permet à l’entrepreneur de se poser les questions suivantes : mes acquéreurs potentiels vont-ils plus valoriser tel ou tel produit/fonction, sur tel ou tel support ? Dois-je rester un acteur français important ou dois-je me développer à l’international ? Dois-je privilégier la croissance du chiffre d’affaires ou le résultat financier ? Etc. Tous ces points sont des questions stratégiques et fondamentales pour la société qui vont avoir un impact sur sa valorisation.

Afin de valoriser une société à son maximum, il vaut mieux être dans la position du sollicité que du solliciteur. Cette inversion des rôles, si utile pour optimiser le prix de sortie, ne s’improvise pas. En définitive, Il faut mettre en place un processus qui permet de provoquer cet achat.
Le meilleur moment pour vendre une société est lorsqu’elle est stable et qu’un avenir radieux se profile devant elle.
  Elle doit générer de l’argent, ne pas avoir de problèmes d’exécution, être facile à piloter et offrir encore un fort potentiel de gain.  Autrement dit, êtes-vous plus enclin à investir dans un vieux cheval de course qui a gagné plusieurs fois ou, préférez-vous un cheval qui arrive dans la force de l'âge et dont le potentiel est très fort ?

Dès le premier jour, Il faut donc définir le profil puis identifier les acquéreurs potentiels. Il ne s'agit pas seulement de faire une liste exhaustive de sociétés, mais aussi identifier, pour chacun d’entre eux, les personnes clés susceptibles de porter le projet de rachat. Il faut avoir une compréhension claire de l'organigramme et des règles de décision internes. Une fois ces personnes identifiées, il faut entrer et rester en contact régulier avec elles afin de leur montrer la progression de la société.

Afin d'optimiser le prix, il faut garder en tête que pour l’acquéreur, l’achat d’une société est à la fois une opportunité de développement mais aussi un risque. Il vous faut donc minimiser les risques afin de faciliter l'acquisition et la rendre « naturelle ».

Pour augmenter vos chances de cession, l’organisation de gestion de la société, son montage juridique et sa situation comptable doivent être parfaitement clairs.  Vos acquéreurs vont être particulièrement friands d'informations sur votre société afin de mieux en comprendre l'historique, la situation actuelle et le potentiel. C'est un moyen pour eux d’évaluer le risque d'acquisition et d'intégration.
Il y a quelques années, nous avons cédé une société française à une société américaine cotée en bourse.  Nous avons retenu leur intérêt car cette société était leader sur son marché et offrait une croissance importante.  Lors de leurs due diligences, leurs avocats ont identifié plusieurs zones de risque.  A chaque risque identifié, ils ont réduit le prix d'achat d'autant et, prolongé le temps des négociations. En tout, nous avons perdu plusieurs millions d'euros et le processus de cession à duré 18 mois.

Enfin, l'innovation est souvent un autre facteur permettant d’accroitre le prix de vente et de rendre la cession indépendante des conditions du marché. Un acquéreur qui trouve une société dont l’organisation de gestion, l’organisation juridique et la situation financière sont parfaitement lisibles et qui de plus est innovante est prêt à en payer le prix indépendamment de la situation du marché.
Vendre une société est toujours une opération délicate
. Quand un entrepreneur se rend compte qu'il va se séparer d'une partie de sa vie, il, elle est tiraillé entre la tristesse de se séparer d'une partie de soi-même et l'excitation de l'appât du gain. Le meilleur moyen de garder la tête froide et de gérer sa sortie, est de décider et planifier la vente de sa société dès le jour de sa création.

 

 

Autour du même sujet