La mobile RH va s'imposer. Etes-vous prêt ?

Le marché des smartphones et des tablettes croît et s’introduit dans la vie personnelle, mais également professionnelle, des actifs français. D’ici à 2013, ce serait près d’un actif sur quatre qui utiliserait un smartphone ou une tablette dans le cadre de ses activités professionnelles (1).

Le marché des applications RH est en plein essor

C’est là qu’entre en jeu la mobile RH. Ce terme désigne les applications RH déployées sur des supports mobiles, de type smartphones ou tablettes qui intègrent un système d’exploitation permettant des fonctionnalités proches d’un véritable ordinateur (navigation Internet, stockage de données, mise à jour d’informations en temps réel).
Depuis le début 2011, le marché des applications RH est en plein esso
r. Tous les mois de nouveaux éditeurs diversifient leur activité et proposent une offre mobile RH s’ajoutant aux canaux existants.
Parmi les principaux éditeurs du marché, on trouve Lumesse et sa solution e-recrutement TalentLink, Hippocad TeleSystem pour le pointage et la gestion des plannings à distance, IBM et son réseau social d’entreprise mobile, et b
ien d’autres.
La plupart des domaines RH font ainsi déjà l’objet d’une application mobile propre : c’est le cas du recrutement, de la gestion des temps, du learning mobile et de la formation, le reporting, etc.

Prenons l’exemple d’une application mobile gérant les notes de frais. Le paiement via une carte bancaire professionnelle en photographiant le code barre est pris en compte automatiquement ; le mobile permet de prendre en photo la facture pour un envoi immédiat dématérialisé à l’employeur. Il permet également de procéder au workflow de validation par le management et d’être en lien direct avec les plates-formes en ligne de réservation de billets de train et d’avion, etc. C’est ainsi la paie du salarié, mais également la trésorerie de l’entreprise, qui s’en trouvent impactées en temps réel, d’où une réactivité accrue.
La RH mobile est donc bien une tendance forte du marché qui pourrait constituer une opportunité commerciale pour certaines entreprises.

Comment intervenir sur ce marché en plein essor ?
En termes de modèles proposés, deux approches se distinguent :

  • Un accès au portail RH d’une entreprise via un support mobile : le canal mobile devient alors une extension du portail entreprise ; seule l’ergonomie diffère.
  • Un accès à une plateforme de téléchargement d’applications RH gratuites ou payantes mises à disposition par l’entreprise (à l’image de l’Apple Store) : le canal mobile s’ajoute au dispositif existant au sein de l’entreprise.

S’agit-il alors simplement d’un nouveau canal de communication venant se surajouter à l’existant ? Bien plus, les applications mobiles impliquent un changement de culture et de pratiques avec le renforcement de la dématérialisation, le développement du cloud computing et des démarches de validation managériale sur les applications.
Comme tout support, le support mobile comporte néanmoins des freins qu’il convient d’étudier bien en amont d’un projet visant à déployer une flotte mobile pour une population de salariés donnée : l’inadaptabilité des applications déjà existantes pour des usages sur terminaux mobiles, l’investissement à consentir pour équiper les collaborateurs en terminaux et abonnements télécoms, le frein culturel face à la dématérialisation, ou encore la problématique de la géolocalisation qui, si elle est acceptée pour une utilisation personnelle du mobile, pose question lorsqu’il s’agit du domaine professionnel.

Quelle est la valeur ajoutée d’un support mobile ?
Les avantages diffèrent selon les populations ciblées : consulter des informations remontant du terrain en temps réel, communiquer et partager dans une optique de travail collaboratif, ou encore organiser, planifier et piloter constituent les principaux usages professionnels. Il ressort que les populations managériales, commerciales ou encore itinérantes pourraient y trouver une réelle valeur ajoutée au quotidien.
Par ailleurs, des facteurs clés de succès à la mise en place de ce type de projet existent : l’expérience utilisateur (simplicité des usages, ergonomie…) portée par les pratiques personnelles bien anc
zrées, preuve en est la part d’équipement actuelle en Smartphones, une bonne intégration des applications mobiles professionnelles aux systèmes existants, une implication du top management, un travail en amont de communication et d’accompagnement au changement de qualité.
Nous pourrions ainsi imaginer au lancement d’un projet de mobile RH la mise en place d’un self-service concourant à la familiarisation des métiers avec les applications, puis l’évaluation du taux de pénétration e
t ainsi des perspectives d’évolution.
La demande qui se dessine actuellement concerne une application sur mobile interopérable quel que soit le terminal utilisé afin de maintenir une continuité entre les différents supports utilisés au sein de l’entreprise. Mais alors, entre les portails, les mails et les mobiles, quel canal privilégier pour quel type d’information ? La tablette est-elle le futur ordinateur professionnel ?
Les travaux de fond sur le sujet de la RH mobile ne font que commencer, de même que les premières expériences entreprises. Le support mobile pourrait constituer une réponse aux problématiques de plus en plus fréquentes de mobilité et de télétravail des collaborateurs, à la volonté de dynamiser l’image de l’employeur ainsi qu’à l’impératif de réactivité qui s’impose toujours davantage pour les entreprises.

------------------------

(1)  Étude MARKESS International, Applications mobiles professionnelles sur smartphones et tablettes numériques, référentiel de pratiques 2011-2013.

 

Autour du même sujet