La mort annoncée des QR Codes

Le QR code, présenté comme le lien entre la réalité et le monde virtuel vit ses derniers jours (mois ?). Avec les avancées sur les fronts de la reconnaissance d’image et de la reconnaissance de caractères, je suis prêt à parier que ce futur est assez proche.

Depuis la vulgarisation des smartphones et le développement de l’internet mobile, les QRCodes sont très utilisés pour permettre notamment :

  • aux commerçants de relier un univers de catalogue ou un produit au site ecommerce pour favoriser l’achat impulsif,
  • aux publicitaires d’associer campagnes réelles et virtuelles pour plus d’efficacité,
  • aux medias de lier articles papiers et extensions web pour une meilleure expérience de marque.

Quelques progrès technologiques et les nouvelles expériences qui en découlent, plus riches pour l’utisateur, menacent son hégémonie.

Premier exemple, Sportcheck – un vépéciste allemand de vêtements et accessoires de sport – propose une application pour smartphone qui permet lorsque vous identifiez un produit qui vous intéresse sur le papier de le « scanner » avec votre mobile. Automatiquement l’application reconnait le produit et vous permet d’accèder à la page internet correspondante ou vous propose de l’ajouter directement à votre panier. Cette application fonctionne sur son catalogue papier de plus de 750 pages !

Ces développements ont été menés avec la société allemande Kooaba qui avait lancé l’année dernière des applications comme « Déjà vu » ou « Paperboy/shortcut« .

On a aussi en mémoire le projet Google Goggles fonctionnant selon les mêmes principes :

 

Un autre exemple de progrès technologique dans le domaine de la reconnaissance de caractères cette fois, l’application « Word Lens » qui permet de traduire des textes en temps réel -de façon encore assez perfectible pour l’avoir testée - :

 

 

On voit bien là aussi que le champs d’application peut facilement s’élargir et venir grignoter le territoire du QRcode.

Les moteurs de reconnaissance d’images – ou de caractères – évoluent et fournissent des échantillons suffisamment précis pour être utilisés comme des identifiants uniques.
A présent l’enjeu est dans la constitution de bases de données, de référentiels, capables de fournir en réponse la donnée complète.

Autour du même sujet