Internet des objets : les hôpitaux doivent se préparer dès aujourd’hui

L’hôpital 2.0 est déjà une réalité et la tendance va très certainement s’accélérer avec la démocratisation des objets connectés. Mais les hôpitaux, le personnel et les infrastructures réseau, sont-ils bien préparés ?

L’Internet des objets ne cesse de faire l’actualité et s’annonce être une véritable révolution dans les années à venir. Les box domotique pour connecter la maison se démocratisent, la conception de voitures connectées s’accélère, et les accessoires connectés envahissent le marché…
Les innovations sont donc nombreuses dans des secteurs très différents les uns des autres.
Mais les avancées les plus prometteuses sont celles liées au secteur médical : patch connecté permettant de surveiller la respiration, tissu capable de détecter l’arrivée d’une crise cardiaque quelques heures à l’avance, ou encore sous-matelas analysant la qualité du sommeil, les exemples ne manquent pas.
Les médecins sont déjà adeptes du numérique et notamment de la tendance BYOD, selon le 2e baromètre des « médecins utilisateurs de smartphones en France », réalisé en mai 2013 par l’Observatoire des usages numérique en santé, 94% des répondants utilisent leurs smartphones à des fins professionnelles. Ils sont en effet nombreux à utiliser des applications professionnelles comme Airstrip pour suivre des patients à distance, ou encore Bedside pour accéder aux dossiers médicaux. Leur motivation ? Des économies de temps qui leur permettent de se consacrer d’avantage au diagnostic en lui-même et de traiter plus de malades. 

L’hôpital 2.0 est donc déjà une réalité

La tendance va très certainement s’accélérer avec la démocratisation des objets connectés. Les hôpitaux ne tarderont pas à comprendre l’intérêt de ces produits pour améliorer le suivi des patients mais aussi pour réduire leurs coûts. En effet, les besoins de financement des hôpitaux font régulièrement la une des journaux, et le personnel hospitalier doit bien souvent assumer des charges de travail insoutenables, menant à des grèves ou aux burn-out de certains employés. Les objets connectés pourront alors rejoindre les applications déjà utilisées par les médecins afin d’optimiser le suivi des patients et la gestion du temps.
L’équipe médicale et l’équipe informatique devront travailler en collaboration afin de centraliser toutes les données reçues, de les analyser, et surtout de les sécuriser. Mais pour se faire, les hôpitaux doivent dès à présent passer en revue leur infrastructure informatique et établir un plan d’intégration rentable des objets connectés.
Le challenge ? Assurer une fluidité du réseau et une disponibilité à tout moment des données, via n’importe quel terminal, et cela en toute sécurité compte tenu du caractère confidentiel des informations. Les besoins des médecins-utilisateurs doivent être au centre de la réflexion afin de permettre au réseau, et à la structure informatique dans sa globalité, de s’adapter à ces besoins.

Autre enjeu crucial : la supervision réseau

Peu importe la nature de l’entreprise, les bugs ne sont jamais les bienvenus, mais, dans le cadre d’un hôpital, ils pourraient être fatals. Il est donc impératif de trouver des outils de monitoring réseaux puissants et complets permettant à la fois de surveiller l’activité du réseau mais aussi d’anticiper les dysfonctionnements pour pouvoir établir des réponses automatiques aux possibles problèmes identifiés à l’avance.
Les objets connectés sont donc une opportunité pour les hôpitaux d’améliorer la qualité de leurs services et le confort de leurs patients qui sauront que leur santé est contrôlée 24h/24, mais pour se faire ils devront restructurer leur réseau informatique et s’assurer de sa performance.
  

Réseau / BYOD