Google Glass - Vraiment bientôt ou pas du tout ?

Encore un article pour ne rien dire sur les “Google Glass” ? Tout à fait. Enfin non. Enfin Si. Je ne suis ni membre du programme VIP “Explorer”, ni dans les équipes de Google impliquées sur le projet Glass. Donc il ne sera ni question de date de lancement officiel, ni de prix. Simplement un avis, mon avis, très subjectif forcément.

La question que je me pose est simple (vous me direz peut-être même stupide) mais je me demande si les Google Glass - version grand public - ont vraiment une chance de sortir un jour ?
Si je rebondis sur l’actualité, tout comme d’autres observateurs, j’ai été très étonné (pour ne pas dire “déçu”) par l’absence totale de signes de la part de Google lors de la dernière Google I/O (lien vers le site officiel) qui se déroulait les 25 et 26 Juin dernier. Pour ceux qui ne la connaissent pas, la Google I/O est un événement très important pour la firme de Mountain View qui profite de 2 jours de conférences, d’ateliers, d’échanges pour présenter ses innovations/orientations. En 2013, les Google Glass étaient justement à l’honneur. En 2014, certes quelques ateliers pour les développeurs mais aucune annonce majeure.
Pourtant, quelques jours avant la conférence, quasiment tous les blogs spécialisés s’accordaient sur un point : la Google I/O 2014 allait forcément permettre de poser la prochaine brique du programme Glass. Détails sur le calendrier de lancement grand public, prix des terminaux, nouveau design, etc. Il n’en a rien été. Alors certes, il y a eu quelques ateliers pour les développeurs permettant par exemple à Google de montrer son nouvel outil de conception : le “Google Glassware Flow”. Mais nous sommes bien loin de ce qui était attendu.

Lancement en 2014, vous y croyez encore ?

Pour 2014, cela me parait bien râpé ! En effet, suite aux nombreuses critiques auxquelles sont confrontées les Googles Glass avant même leur sortie à grande échelle, il me semble un peu illusoire de penser que Google se lance dans de telles conditions. L’environnement parait suffisamment défavorable pour que les dirigeants soient devenus frileux.
L’ouverture du programme explorer en Grande-Bretagne (à quand la France au passage ?) suscite un buzz bien plus négatif que positif. Les cinémas ont été les premiers à s’insurger au pays de la Queen Elisabeth. A ce sujet, je ne comprends pas bien le débat, puisque même chargé à 100 %, les glass ne semblent pas pouvoir filmer plus de 45 minutes... Alors même si à 2 ou 3 paires de lunettes en parallèle ou en allant 3 fois de suite à la même séance, un utilisateur pourrait reconstituer un film et le partager sur internet, il y a quand même plus simple. Filmer avec son smartphone par exemple.
Cet exemple illustre selon moi assez bien la méconnaissance et par conséquence la méfiance que suscite les lunettes connectées. Le marché n’est peut-être tout simplement pas encore prêt et Google a encore (beaucoup ?) à faire pour rassurer les utilisateurs et préparer un terrain propice à un lancement d’envergure.

Je pense en premier lieu à la thématique de la protection des données, à la gestion de vie privée/vie perso, à la sécurité des données, qui sont autant de sujets inquiétants sur lesquels Google ne s’est pas exprimé haut et fort (une FAQ sur le site https://www.google.com/glass/start/ ne suffit pas).
Ensuite, je pense que le format du terminal est encore trop “dérangeant” pour passer le cap du “gadget de geek”. Ce constat a été fait par de nombreux exploreurs dont certains ont fini par abandonner le programme.

Des signaux pourtant positifs

Justement sur le thème du design (et non de l’usage), Google a signé un partenariat qui me parait très prometteur avec le groupe Luxottica (RayBan, Oakley, Persol). En se rapprochant d’une société dont la conception de lunette est le coeur de métier, le projet pourrait prendre une autre dimension. Même si j’ai encore un peu de mal à imaginer comment ce partenariat se concrétisera, j’espère que l’intégration de la technologie sera beaucoup plus discrète qu’elle ne l’est aujourd’hui. Évidemment le travail de miniaturisation est déjà bluffant, mais je pense encore insuffisant.
Je ne sais pas si vous avez eu l’opportunité de les essayer ou de croiser un “explorer” dans la rue, mais l’expérience est sincèrement gênante. De mon ressenti, pas particulièrement sur le fait d’être analysé / enregistré, mais plutôt car une personne portant ces lunettes donne l’impression d’être déguisée (pour les connaisseurs, j’ai tout de suite pensé à Vegeta dans Dragon Ball Z - lien pour avoir une idée ici). Idéalement, il faudrait que l’intégration soit suffisamment discrète pour que les lunettes soient oubliées (par l’utilisateur mais surtout par les autres).
De ce coté là, attendons de voir ce que la collaboration donnera. Les attentes sont très fortes.
Deuxième bonne nouvelle, la nomination de Ivy Ross en tant que “Head of Glass at GoogleX” (son LinkedIn) dont l'impressionnant CV parle pour elle. C’est une double bonne nouvelle. D’abord parce que la création d’un département confirme l’ambition de poursuivre le projet (je ne fais pas partie des sceptiques qui pensent que le projet est entrain de passer complètement à la trappe). Ensuite, car le choix d’Ivy Ross démontre une réelle volonté d’aller vers le marché.

Mais quel marché ? Depuis leur début, les Google Glass ont été présentées comme un produit grand public. Aussi, le grand public ne semblant pas être prêt, il serait rassurant à mon sens de s’appuyer dans un premier temps sur le marché professionnel. En effet, dans le monde de la santé ou dans celui de la défense, l’intérêt de ce nouveau terminal est indiscutable. Voilà peut-être une première étape intéressante avant de se jeter (trop vite ?) dans le grand bain.
En 2010, Apple avait pu s’appuyer sur les usages pro (notamment des commerciaux ou des dirigeants) pour justifier l’intérêt de son iPad lors de sa sortie (qui avait d’abord généré plus de moqueries que de lauriers).

Même si Google - comme d’autres grands groupes - nous a habitué à ranger dans les cartons de gros projets (Google Reader ou Google Wave par exemple), il me semble qu’à ce stade les Google Glass ne sont pas inquiétées. Encore un peu de patience...

Google Glass