Le TOP 10 des nouveaux gTLDs

Il existe un “Top 10” des nouvelles extensions Internet: il s’agit des dix Registres qui autorisent la commercialisation de nouveaux noms de domaine au réseau des bureaux d’enregistrement accrédités. Dans le cas de ce Top 10, nous parlons des dix Registres qui créent le plus de noms de domaine.

Si une majorité de ces noms sont déjà utilisés par leurs titulaires, l’autre partie sert souvent de redirection, voire à rien car le pointage n’est pas effectué. Dans certains cas même, les titulaires ne savent pas que l’un de ces noms leur appartient car celui-ci leur a été donné.

Décryptage de ce TOP 10

Qui sont donc ces candidats à la création de nouvelles extensions Internet qui créent le plus de noms de domaine? Ce concours de celui qui à la plus longue liste change de temps en temps car il dépend de nombreux facteurs. L’un d’entre eux est le passage  en “GA”. GA sont les initiales de “General Availability” et qui signifie “ouverture à tous”. C’est la période qui précède la période de “Sunrise” puis la période de “Landrush” (le plus souvent).
Au moment de l’écriture de ces lignes, ce sont les noms de domaine .XYZ qui mènent la danse et de loin avec un volume d’enregistrement supérieur à 742 830. Il représente à lui seul plus de 20% du volume total des enregistrements de l’ensemble des nouveaux noms de domaine du programme ICANN des nouvelles extensions. En un mot, c’est énorme. Notez toutefois que ce Registre fait partie de ceux qui donnent, ou, ont donné, des noms de domaine. Ceci explique peut être cela. 
En deuxième position, c’est l’extension de la ville de Berlin avec ses 154 800 noms de domaine .BERLIN. Il s’agit d’une extension de type “communautaire” avec une approche “géographique”.
Notons que l’écart entre la première et la seconde extension est très important.
En troisième position, il s’agit d’une candidature à succès: le .CLUB totalise plus de 151 600 enregistrements et, selon nos sources, son volume d’enregistrements se rapproche de la seconde position rapidement et s’apprête à le dépasser.
En quatrième position, nous trouvons la première extension qui comporte des caractères chinois: une extension “IDN”. IDN sont les trois premières lettres pour “Internationalized Domain Names”. La candidat indique que les noms de domaine .网址 (.xn--ses554g en caractères ASCII) signifient “Netaddress (network address, URL)”. A ce jour, il en existe déjà plus de 101 300.

En cinquième position, nous trouvons l’extension .REALTOR, dont les propriétaires du Registre indiquaient il y a peu, qu’ils offraient les 100 000 premiers noms de domaine lors de la première année d’enregistrement. “Realtor” est une organisation Nord Américaine d’immobilier. Il existe plus de 88 700 noms de domaine à ce jour. Curieusement, cette candidature est “ouverte”, et donc normalement accessible à tous mais ce n’est pas ce que semble indiquer le Registre.
En sixième position nous avons le .WANG avec 87 146 enregistrements. “Wang” veut dire “site Internet” ou “portail”.
En septième position figure le .GURU. Pour rappel il s’agit de la toute première extension du programme des nouveaux gTLDs de l’ICANN à avoir commercialisé des noms de domaine. C’est aussi le premier Registre à faire face au taux de renouvellement de ses noms de domaine en première année. Ce taux, lors de la première année de renouvellement, est un indicateur du succès de l’extension: si celui-ci est important c’est aussi un signe que l’extension fait sens.
En huitième position, nous trouvons le .NYC pour la ville de New York, une candidature exclusivement géographique. Cette extension totalise presque 63 000 enregistrements.
En neuvième position figure le .OVH, un candidat français et non des moindres : OVH est un bureau d’enregistrement accrédité qui commercialise la majorité des noms de domaine que l’on peut trouver sur le marché. La candidature est indiquée comme “communautaire” et totalise à ce jour plus de 55 480 enregistrements. Une belle innovation française.
En dernière position figure le .LONDON et ses 52 580 enregistrements, une candidature géographique pour la ville de Londres.

Et les marques dans tout ça ?

Nous arrivons au terme de la première année d’enregistrement et, bien que les volumes ne sont pas ceux initialement prévus par la majorité des Registres (sauf peut être pour ce Top 10), il faut bien se rendre compte que ceux ci vont tout de même augmenter pour l’ensemble des extensions. Qui dit augmentation des volumes d’enregistrements, dit aussi augmentation des litiges. Ainsi, peut être est-il bon de rappeler que la Trademark Clearinghouse (ou TMCH) permet aux marques d’enregistrer leur signe pour participer aux périodes de Sunrise mais aussi...pour le surveiller: une façon habile de limiter la casse.

Un Top 10 changeant

Bien entendu, ce Top 10 va changer. Les 12 000 noms de domaine du .PARIS sont encore loin de ce Top 10 mais il s’agit de la ville lumière et nul doute que cette extension saura briller aux côtés de Londres et de New-York. Un constat intéressant: les extensions géographiques connaissent un certain succès, contrairement aux noms de domaine donnés.

Nous tenons à remercier Ntldstats.com, notre référence, pour la rédaction de cette chronique.

Autour du même sujet