Gabriel Weinberg (DuckDuckGo) "Il n'est pas nécessaire de vous tracker pour vendre des liens sponsorisés"

Qui pourrait bien faire de l’ombre à Google ? Le fondateur de DuckDuckGo, un moteur de recherche nouvelle génération qui a la particularité de ne pas "espionner" ses utilisateurs, ne manque en tout cas pas d’ambition. Interview.

JDN. Comment est né le concept de DuckDuckGo ?

Gabriel Weinberg est le fondateur et CEO de DuckDuckGo © DuckDuckGO

Gabriel Weinberg, fondateur et CEO. DuckDuckGo est un moteur de recherche qui a la particularité de ne pas ‘tracker’ ses utilisateurs. Nous ne conservons en effet aucune donnée personnelle et toutes vos recherches sont entièrement anonymes, car nous pensons que votre historique de recherche relève de l’intime. Le projet est né en 2007 alors que je cherchais simplement à améliorer ma propre expérience de recherche. DuckDuckGo compte aujourd’hui une trentaine d’employés et notre moteur enregistre plus de 9 millions de recherches par jour.

 

Quelles sont vos principales différences avec les autres moteurs de recherche, dont notamment celui de Google ?

Sur Duckduckgo l’utilisateur n’a pas la sensation d’être espionné car il est complètement anonyme. Vos données ne sont pas seulement à l’abri des yeux des agences gouvernementales mais aussi de ceux des entreprises. En effet, celles-ci peuvent utiliser vos informations de navigation de différentes manières, par exemple pour modifier les prix d'un produit sur un site marchand. L’autre aspect qui nous différencie des moteurs de recherche est lié à notre forme open-source. En effet, n’importe quel utilisateur peut contribuer à l’amélioration de DuckDuckGo en ajoutant ses propres sources via nos "Instant Answers", terme désignant les liens qui apparaissent tout en haut des résultats de recherche.

 

Comment fonctionnent ces "Instant Answers" ?

Nous comptons aujourd’hui des Instants Answers pour à peu près tout type de sujets, que vous soyez à la recherche d’informations concernant la météo, une recette de cuisine ou bien la filmographie d’un acteur. Notre vision est de trouver et de mettre en avant dans nos résultats de recherche les sources les plus pertinentes pour un sujet précis. Certaines de ces sources sont des sites Internet, d’autres des bases de données...

 

Comment faîtes-vous pour impliquer votre communauté de contributeurs ?

Il s’agit le plus souvent d’utilisateurs qui veulent simplement améliorer leurs propres résultats de recherche en proposant des sources sur des sujets qui les passionnent. Afin de faciliter ces contributions, nous avons décidé de créer une plateforme dédiée, appelée DuckDuckHack. Il se trouve que la majorité de nos contributeurs ne sont pas forcément des développeurs. Par exemple, si vous êtes un spécialiste du Bitcoin, vous connaissez probablement la meilleure source d’information sur le Web traitant du sujet. Et même si vous n’avez peut être pas le bagage technique nécessaire pour procéder vous-même à l’intégration, vous pouvez toujours en informer le reste de la communauté qui s’en chargera. Nous comptons des milliers de contributeurs.

 

Vous prétendez également protéger les utilisateurs de la "bulle filtrante" ("filter bubble"). En quoi cela consiste-t-elle ?

Lorsque vous effectuez une recherche sur Internet, les résultats que vous allez obtenir ne vont pas être forcément les mêmes que ceux d’un autre internaute car les moteurs vont utiliser votre historique pour les personnaliser. Par conséquent, les algorithmes de ces moteurs de recherche vont avoir tendance à vous montrer des choses avec lesquelles vous êtes déjà d’accord, et automatiquement rétrograder les résultats qui pourraient contredire vos points de vue. Ceci s’apparente tout compte fait à une ‘bulle filtrante’, ce qui n’est pas le cas sur DuckDuckGo dans la mesure où nous ne biaisons pas les résultats.

 

Comment assurez-vous la sécurisation des données, notamment vis-à-vis des agences gouvernementales et des hackers?

Les recherches sur DuckDuckGo sont totalement anonymes et nous n’enregistrons aucune donnée personnelle. Par conséquent, si une agence gouvernementale venait nous réclamer l’historique de navigation de tel ou tel internaute, c'est simple, nous ne l’avons pas. Même chose pour le vol de données : dès lors que les données n’existent pas, elles ne peuvent être dérobées.

 

Quelle est votre stratégie pour promouvoir DuckDuckGo ? En 2011, l’entreprise avait fait parler d’elle avec un panneau publicitaire portant le message "Google tracks you. We don’t" (‘Google vous piste. Pas nous’). Quels ont été les résultats de l’opération ?

Depuis le début, notre publicité s’est essentiellement basée sur le bouche-a-oreille. En ce qui concerne l’opération du panneau d’affichage, elle avait pour objectif de définir qui nous étions et ce que nous faisions. Nous avions à l’époque déboursé 7000 dollars pour cette publicité. Elle était positionnée aux abords de l’autoroute 101 à San Francisco, une route d’ailleurs empruntée par ceux qui se rendent au siège de Google (rires).Des journalistes de Wired ont ensuite relayé l’information, suivi par USA Today et plusieurs autres médias. Au final, cette exposition nous a permis de doubler notre trafic en l’espace de quelques jours.

Sur quoi repose le business model de DuckDuckGo ?

De la même manière que les autres moteurs de recherche : nous nous rémunérons en vendant de la publicité. Pour cela, nous utilisons le réseau publicitaire de Yahoo et Microsoft. Encore une fois, notre grande différence avec les autres moteurs concurrents est que nous ne pistons pas nos utilisateurs pour vendre ces publicités. Car en réalité, le fait de souvent dire qu’un moteur de recherche est obligé de vous "tracker" à travers le Web pour vendre des publicités est un mythe. Prenez par exemple la vente des liens sponsorisés aux annonceurs: un moteur de recherche peut très bien vendre ces mots clés sans avoir besoin de vous pister sur Internet.

 

Prévoyez-vous de développer vos propres services, à l’instar de ce que fait Google ? Quel est votre objectif pour la suite ?

Ce n’est pas notre volonté. Notre démarche est plutôt d’utiliser la technologie d’un spécialiste plutôt que de la développer nous-mêmes. Par exemple, au lieu de créer un potentiel "DuckDuckGo Flight", nous avons préféré intégrer la technologie de FlightStats, spécialisé dans ce domaine. Notre rôle consiste donc plutôt à organiser cette information et à la retranscrire de manière intelligente pour nos utilisateurs. La prochaine étape pour nous va être d’internationaliser au maximum nos résultats de recherche et nos "Instant answers" afin qu’ils soient les plus pertinents possibles, même en dehors des US.

 

Pensez-vous que cette question de l’anonymat soit un argument suffisamment fort pour convaincre des utilisateurs ayant déjà leurs habitudes sur d’autres moteurs de recherche, notamment celui de Google, de les changer ?

Je crois que le respect de la vie privée et le stockage des données par les moteurs de recherche sont en réalité de réelles préoccupations pour beaucoup de personnes. C’est le cas aux Etats-Unis comme en Europe. Cette prise de conscience est d’autant plus importante depuis les révélations d’Edward Snowden. A cette époque, nous avions d’ailleurs doublé notre trafic.  En réalité, le défi pour nous se situe plutôt ailleurs : il s’agit désormais de faire en sorte que toutes ces personnes donnent une chance à DuckDuckGo.

 

Gabriel Weinberg est le fondateur et CEO du moteur de recherche DuckDuckGo. Co-auteur du livre Traction, il conseille plusieurs start-up et est un Business Angel actif. Avant cela, Gabriel avait cofondé Opodox, une entreprise revendue à United Online en 2006. Il est diplômé d’un B.S en Physique et d’un M.S en Technologie du MIT (Massachussets Institute of Technology).

Moteur de recherche