ICYMI : comment la communication vehicle-to-vehicle va sauver des vies

"In Case You Missed It", si vous avez manqué la tendance du moment, le JDN vous explique comment la communication entre véhicules va se démocratiser.

Imaginez que toutes les voitures puissent communiquer entre elles en permanence. Une solution rêvée pour éviter les carambolages. Aux Etats-Unis, la National Highway Traffic Safety Administration, en charge des autoroutes américaines, a testé 3 000 voitures équipées de boîtiers de communication entre 2012 et 2014 que la mise en place de ces boîtiers dans toutes les voitures américaines pourrait éviter jusqu'à près de 600 000 accidents par an, sauver 1 100 vies, éviter 270 000 blessés et 728 000 accidents matériels. De quoi pousser à accélérer la recherche sur le sujet.

Freiner ou dévier le véhicule en cas de danger

Les communications vtov, ou vehicle-to-vehicle, sont un réseau de signaux envoyés entres les voitures et qui donnent des informations sur ce qu'elles sont en train de faire : vitesse, location, direction, freinage… Un système similaire au wifi qui relie tous les véhicules entre eux. Dans un premier temps, des boîtiers de communication pourront indiquer aux conducteurs quand il y a un danger extérieur (une voiture arrivant trop rapidement, un accident juste devant eux…). A terme, ce système vtov pourrait même permettre de freiner automatiquement le véhicule ou de dévier sa trajectoire en cas de danger. Le système pourrait aussi inclure des informations multiples : au-delà de celles transmises par les véhicules, les feux de signalisation, par exemple, ou bien les conditions de circulation et météorologiques ou la qualité de la chaussée. De la communication vehicle-to-vehicle à la communication vehicle-to-infrastructure, en quelques sortes.

Un plus pour la voiture autonome ?

La communication vtov va donc encore plus loin que la voiture autonome : si cette dernière permet de conduire sans chauffeur, elle se sert uniquement des informations qu'elle engrange grâce à ses propres capteurs –du moins c'est comme cela que fonctionnent les premiers prototypes. Dotés de la communication entre véhicules, les voitures autonomes pourraient également se servir des informations envoyées par les autres véhicules pour se diriger.

Freins techniques, sécuritaires et juridiques

Mais la communication entre véhicules n'est pas encore une réalité. Des freins demeurent encore tant au niveau technique (fréquences, homologation) qu'au niveau sécuritaire (protection contre les cyberattaques) et juridique (la responsabilité en cas d'accident incombera-t-elle au propriétaire du véhicule, au constructeur du boîtier… ?).

350 dollars par boîtier en 2020

Plusieurs acteurs travaillent depuis quelques années sur le sujet. General Motors, notamment, prépare un modèle de Cadillac doté d'une technologie de communication vtov pour 2017… Mais une fois mises en vente, ces véhicules n'auront au début pas beaucoup d'interlocuteurs. La NHTSA encourage depuis des années le développement du vtov mais n'a encore rien imposé aux constructeurs. L'agence pourrait requérir une introduction graduelle des boîtiers dans tous les véhicules à partir de 2020, selon les spécialistes.

Mais les boîtiers de communication présentent un coût non négligeable. Selon la NHTSA, il devrait s'établir entre 340 et 350 dollars par véhicule en 2020 puis descendre entre 209 et 227 dollars vers 2058. Sans compter la surconsommation de carburant induite par le poids des boîtiers. L'agence a estimé le coût de généralisation des boîtiers aux Etats-Unis selon un plan débutant à 300 millions à 2,1 milliards de dollars en 2020 puis de 1,1 à 6,4 milliards entre 2022 et 2024. Le coût diminuant ensuite progressivement, entre 1,1 et 4,6 milliards de dollars.

Icymi