Amazon cède aux pressions et n'héberge plus WikiLeaks

L'Europe héberge désormais le site WikiLeaks. Le gouvernement américain appelle toute société à suivre l'exemple d'Amazon.

WikiLeaks revient en Europe. Amazon a en effet cessé de fournir des serveurs au site spécialisé dans les révélations de documents diplomatiques. Après avoir été victime d'attaques informatiques ayant rendu son site inaccessible, WikiLeaks avait quitté son hébergeur suédois pour se tourner mardi vers Amazon, qui possède une activité d'hébergeur.

Ces attaques avaient commencé après la publication dimanche de notes diplomatiques américaines. Le comité sur la sécurité intérieure du Sénat avait de son côté lancé une enquête. Mercredi, l'un de ses membres, le sénateur Joe Lieberman, a annoncé qu' Amazon l'avait informé de sa décision de ne plus travailler avec WikiLeaks. Il a appelé les entreprises américaines et étrangères à faire de même.

WikiLeaks, qui utilise désormais des serveurs en Europe, s'est moqué d'Amazon sur Twitter, en déclarant que si le cybermarchand était mal à l'aise avec la liberté d'expression, il devrait arrêter de vendre des livres.

Etats-Unis / Amazon