Apple prêt à frapper un grand coup sur le secteur de la santé connectée

Apple santé connectée Accusé d'être en panne d'inspiration, le géant travaille depuis près de 2 ans sur un projet qui risque de faire de l'iWatch un objet révolutionnaire.

Le premier avril dernier, Apple fêtait ses 38 ans d'existence. Presque une gageure dans un univers où passé les 10 ans d'exercice, on fait figure de dinosaure. La société qui s'est longtemps fait fort de contredire l'adage selon lequel "la vieillesse est un naufrage" parait pourtant plus que jamais poussiéreuse. En septembre 2012, le magazine américain "Wired" comparait ainsi l'iPhone 5 à une Toyota Prius, expliquant que son utilisation évoquait "une sortie à 40km/h dans un quartier résidentiel à une heure raisonnable de la journée". Comprendre : un produit performant mais qui ne fait pas vraiment rêver. Un produit éloigné des standards de l'époque "Steve Jobs" alors que les keynotes du plus fameux col-roulé de la Silicon Valley étaient émaillées de surprises et moments forts en intensité, qu'il s'agisse de la présentation du premier iPhone en 2007 ou de l'iPad en 2011. Car beaucoup s'accordent à le dire : depuis le décès de son charismatique fondateur Apple semble en panne d'inspiration. Si le géant reste une formidable cash-machine, il ne fait plus rêver.  Pire, il se fait déborder par son grand rival Samsung, trop occupé qu'il est à multiplier les procès pour utilisation abusive de certains de ses brevets

Des recrutements de pointures de la santé depuis 2 ans 

Dans le brouhaha des critiques et prophéties catastrophistes, quelques indiscrétions commencent toutefois à bruisser, qui prêtent l'intention au géant affaibli de frapper un grand coup sur le secteur de la santé connectée. "Plus qu'une rumeur, c'est une certitude : Apple observe le secteur avec attention. Pour s'en convaincre, il suffit de regarder les nombreuses embauches auxquelles le groupe a procédé au cours des derniers mois", pointe du doigt Paul-Louis Belletante, co-fondateur de Betterise. Les arrivées récentes de Jay Blahnik, le concepteur du FuelBand de Nike, Micahel O'Reilly, responsable médical chez Massimo, ou Roy J.E.M. Raymann, un ancien de Philips spécialiste du sommeil, en témoignent. Le géant de la mobilité ne compte pas laisser aux pure-players de l'Internet des objets, Withings ou Jawbone, le monopole d'un secteur qui devrait peser rapidement plusieurs milliards de dollars.

Healthbook, un véritable carnet de santé connecté

En l'absence de toute communication officielle, les contours du projet d'Apple se dessinent au gré des indiscrétions de collaborateurs proches qui annoncent, au fil des semaines, le dépôt de nouveaux brevets ou l'arrivée d'un carnet de santé connectée, HealthBook. Dévoilé par le site 9to5Mac, ce projet prendrait la forme d'une application intégrée par défaut à iOS8. Le possesseur d'un iPhone pourrait y stocker simplement des données telles que sa pression artérielle, sa fréquence cardiaque, ses paramètres biologiques, ou encore sa glycémie, dans le cas des diabétiques. Autant de données récoltées grâce à des programmes déjà existants et à une nouvelle génération de capteurs connectés. L'existence d'un onglet "Carte d'Urgences" laisse également présager la possibilité pour tout un chacun d'accéder à certaines données vitales telles que le groupe sanguin ou des allergies éventuelles, pour permettre une prise en charge correcte et rapide. Une bonne nouvelle pour Paul-Louis Belletante qui voit en Apple un acteur capable d'évangéliser le secteur de la santé connectée en inculquant toute sa rigueur et son acuité dans les données. 

healthbook
Capture d'écran de Healthbook © Healthbook

"Lorsque l'on nous annonce qu'Apple vient de déposer un brevet "Wrist Pedometer Step Detection" permettant de comptabiliser le nombre de pas effectués par l'utilisateur sur la base de ses mouvements de bras, on peut s'attendre à ce que cela marche", s'enthousiasme-t-il.  Pour cause, la société dispose déjà de nombreux outils qui ont fait leurs preuves avec les écouteurs qui permettent de mesurer le rythme cardiaque ou le bouton Touch ID qui récolte une manne d'informations. Elle permettra donc de venir crédibiliser un marché prometteur... mais qui attire la convoitise d'acteurs plus ou moins sérieux. Certains podomètres, altimètres et autres outils de mesure de la fréquence cardiaque confinent parfois au gadget. "Mettez deux capteurs de marques différentes dans votre poche, vous pouvez être quasiment sûr que les données récoltées à la fin de la journée seront sensiblement différentes", illustre ainsi Paul-Louis Belletante. Apple a clairement les moyens de faire de Healthbook un standard à partir duquel toute une batterie d'applications pourront interagir, comme c'est le cas aujourd'hui pour Passbook.

Healthbook sera-t-il intégré à l'iPhone ou à l'iWatch, cette montre connectée dont l'arrivée se fait attendre depuis plusieurs mois ? La question reste entière. Paul-Louis Belletante reconnait que "l'intégration du service à un bracelet qui est en contact avec la peau (et qui donc permet de prendre de nombreuses mesures, depuis la prise du pouls jusqu'au suivi du déplacement du bras) est logique". A ce propos, on peut penser que le suivi des mesures relatives au corps et à la santé du porteur sont des fonctions qui justifieraient plus le port d'une iWatch que celui d'une simple extension des notifications de l'iPhone au poignet. Réponse à l'automne 2014.

Apple