La Banque de France met en garde contre le Bitcoin

La Banque de France avertit les utilisateurs des dangers du Bitcoin, qui représente un "risque financier certain".

Dans une note publiée jeudi 5 novembre, la Banque de France fustige les monnaies virtuelles, et plus particulièrement la plus célèbre d'entre elles, créée en 2009, le Bitcoin. Il s'agit selon elle d'une "monnaie virtuelle non régulée présentée par ses concepteurs comme une alternative à la monnaie légale mais qui n'offre aucune garantie de remboursement", souligne la Banque de France. La monnaie virtuelle n'étant pas régulée, elle représente donc un "risque financier certain". La Banque dénonce le caractère "hautement spéculatif" de la monnaie, dû à l'organisation par ses concepteurs d'une pénurie, et rappelle que sa valeur est extrêmement volatile : le Bitcoin a dépassé la barre des 1 000 dollars pour la première fois à la fin du mois de novembre (lire l'article : "Un Bitcoin vaut désormais plus de 1 000 dollars", du 28/11/13), contre 200 dollars environ un mois plus tôt.

Détenir des Bitcoin présente plusieurs dangers, rappelle la Banque de France. D'abord, la sécurité des coffres forts électroniques qui stockent le Bitcoin ne peut pas être assurée en cas d'attaque informatique. Ensuite, le Bitcoin ne peut pas être convertie en monnaie légale auprès d'une banque. Et l'anonymat des transferts constitue "un risque d'utilisation de cette monnaie virtuelle à des fins criminelles (vente sur internet de biens ou services illicites) ou à des fins de blanchiment ou de financement du terrorisme". La banque centrale réclame une intervention des autorités pour bannir ces utilisations :  "Dans ce contexte, une action des forces de l'ordre est nécessaire pour faire stopper ces activités illicites."

BANQUE DE FRANCE