MtGox, Amazon : le cours du bitcoin résiste remarquablement aux aléas

Bitcoin mtgox En quelques jours, la Chine a annoncé qu'elle n'interdirait pas le bitcoin, Amazon qu'il ne l'accepterait pas sur sa plateforme et MtGox a demandé sa mise en liquidation.

La nouvelle est tombée mercredi 16 avril. Le plan de relance de MtGox est tombé à l'eau. La plateforme japonaise d'échanges - qui a fermé, demandé sa mise en faillite, annoncé avoir perdu 850 000 bitcoins puis déclaré en avoir retrouvé 200 000 dans un ancien porte-monnaie électronique - a demandé sa liquidation au tribunal de Tokyo. MtGox a donc renoncé à se placer sous la protection de la loi sur les faillites, explique le "Wall Street Journal". En cause : une procédure trop compliquée, qui requiert de réunir tous ceux qui détenaient des bitcoins sur la plateforme, aux quatre coins du monde. Ils sont près de 127 000... Une fois MtGox placée en liquidation, ses clients ne pourront pas récupérer autant de leurs actifs qu'ils auraient pu l'espérer en cas de mise en faillite. Dernier espoir : qu'un repreneur de dernière minute accepte de racheter la société.

MtGox demande sa mise en liquidation

Si la demande de MtGox est acceptée par la cour de Tokyo, un gérant sera nommé pour remplacer Mark Karpelès à la tête de la société. Le CEO français a par ailleurs refusé de se rendre aux Etats-Unis pour répondre aux questions des enquêteurs de la division anti-blanchiment d'argent du département de criminalité financière, qui l'ont pourtant convoqué. Ses avocats craignent qu'il ne soit détenu pour l'effondrement de MtGox ou bien pour les soupçons de liens avec la place de marché SilkRoad, fermée par le FBI en 2013 pour blanchiment d'argent. Difficile de prévoir l'impact de cette nouvelle annonce sur le cours du bitcoin, qui vaut aujourd'hui 520 dollars. La baisse qui avait suivi l'annonce de la cessation des transactions sur la plateforme n'avait finalement été que provisoire, le cours du bitcoin ayant vite renoué avec la croissance.

Le bitcoin bienvenu en Chine

D'autant qu'une autre nouvelle, tombée cette semaine, a redonné confiance aux détenteurs de la monnaie alternative. En mars, la rumeur d'une interdiction des monnaies virtuelles par la banque centrale chinoise avait fait dévisser le cours du bitcoin. Il y est en effet très populaire depuis novembre 2013. Preuve de cet engouement, la principale plateforme d'échanges du pays, BTC China, vient d'ailleurs de lancer une application permettant d'acheter et de vendre des bitcoins sur mobile, entre particuliers. La place de marché a aussi installé le premier distributeur automatique de bitcoins : la borne située dans un centre commercial de Shanghai permet d'acheter des bitcoins en insérant des yuans dans la machine. Alors que les banques traditionnelles s'arcboutent contre les monnaies virtuelles, le gouverneur de la Banque Populaire de Chine, Xiaochuan Zhou, a finalement annoncé vendredi 11 avril qu'elles ne seront pas interdites dans le pays... Quitte à ce qu'elles soient réglementées. Une preuve de reconnaissance par les autorités de l'existence - et de l'importance - du bitcoin, qui a fait brusquement augmenter son cours, de 380 à 425 dollars en une journée.

bitcoin cours
Evolution du cours du bitcoin entre le 7 et le 16 avril. © Bitcoincharts.com-Creative Commons

Cette hausse n'aura donc pas été perturbée par l'annonce d'Amazon, qui a indiqué lundi 14 avril ne pas souhaiter accepter le bitcoin sur sa plateforme. L'e-commerçant juge la monnaie encore trop confidentielle et envisage plutôt de créer son propre système de paiement alternatif à Visa ou Mastercard, a dévoilé son responsable des paiements, Tom Taylor, dans une interview accordée à Re/code. Un moyen de contourner le système bancaire traditionnel et, surtout, d'éviter à ses clients les taxes imposées par ces établissements.

Amazon / Monnaie virtuelle