Fabrice Le Parc (Smartdate) "Les clients du dating sont demandeurs de changement"

Lancé au mois de juillet, le site de rencontres Smartdate a conclu un deuxième tour de table de 3,5 millions d'euros. Son fondateur explique les clés de son succès.

JDN. Vous venez de boucler votre deuxième levée de fonds en l'espace de quatre mois ? Comment avez-vous choisi vos investisseurs ?

Fabrice Le Parc. J'ai opté pour la proposition de Pierre Koscuisko-Morizet et de Pierre Krings, à travers leur holding Kernel, car ils sont des entrepreneurs. Ils connaissent bien les problématiques des entreprises naissantes dans ce secteur et n'exigent pas que nous soyons rentables tout de suite, contrairement à de nombreux  fonds d'investissement. Nous les avons préférés au fonds Venture Capitalists. Ils n'auront pas de rôle opérationnel dans le développement de Smartdate, néanmoins je peux facilement leur demander un conseil. Notre entente est très bonne.

 

Quels développements avez-vous prévus avec ces nouveaux fonds ?

Nous allons consacrer ces fonds à l'acquisition de membres, en Europe de l'ouest et aux Etats-Unis, via de la publicité en ligne. Nous sommes actuellement en phase de test aux Etats-Unis et visiblement les taux de conversion en actes d'achat sont plus forts qu'en France. Culturellement, les marchés américain et européen sont assez similaires. Toutefois, le marché américain ne pose par le problème de la diversité des langues. Enfin, il y a plus d'acteurs outre-Atlantique, mais le marché est également plus large.

 

Depuis votre lancement au mois de juillet, quel est votre rythme de croissance ?

Nous connaissons un taux de croissance exponentiel. Nous avons aujourd'hui environ 800 000 membres, avec un rythme de recrutement d'environ 15 000 nouvelles inscriptions par jour. En termes de visiteurs uniques, nous sommes aujourd'hui à 8 millions par mois.

 

Comment expliquez-vous un tel décollage sur un marché déjà encombré ?

Le marché n'est pas nouveau mais les internautes qui s'intéressent aux sites de rencontres aiment bien le changement. Ils sont demandeurs de nouveaux produits et de nouveaux concepts. Or Smartdate propose un produit plus ergonomique et plus moderne. Nous proposons notamment un outil qui optimise la recherche de contacts, le "Smartmatch". C'est un moteur de recherche comme en utilisent souvent les sites d'e-commerce ou bien des sites comme Pandora, ou iTunes avec son outil Genius. Les goûts des utilisateurs sont affinés au fur et à mesure de leurs recherches. Dans le secteur de la rencontre en ligne, c'est encore peu utilisé.

 

Qu'apporte l'intégration d'une option Facebook Connect à votre site ?

Nous avons pris en compte deux tendances fortes. La première c'est la puissance des réseaux sociaux. Facebook Connect permet à nos membres d'importer leurs données du réseau social. Ils peuvent ainsi découvrir les célibataires dans les réseaux de leurs amis. Mais contrairement au site Thread.com, qui proposait déjà cela, Smartdate propose de modifier les informations de leur profil Facebook. Ils ne sont pas obligés de rester dans la même base d'amis. Zoosk, un autre concurrent direct, propose un lien vers Facebook mais ils n'ont pas notre niveau de technologie. Les utilisateurs doivent installer une application sur Facebook. Cependant ils sont plus importants que nous car ils ont trois années d'avance.

La deuxième tendance est celle du mobile. Nous allons bientôt lancer une application mobile. Cela répond à un intérêt fort de la part de nos clients. L'option de géolocalisation des contacts sera cependant en opt-in afin de préserver le caractère privé des profils.

 

Quel est votre modèle économique ? Etes-vous proche de la rentabilité ?

Nous proposons un modèle d'abonnement avec trois formules : 50 euros pour un mois, 80 euros pour trois mois et 150 euros pour une durée de 12 mois. Chacun de ces tarifs a été choisi par un tiers de membres environ. Ce sont les prix que nous avons proposés dès le début mais ils pourront éventuellement évoluer en fonction de la demande. Nous ne faisons pas de publicité. En ce qui concerne la rentabilité, nous n'en somme plus très loin. Notre chiffre d'affaires est multiplié par deux ou trois chaque mois depuis le lancement.

 

 

Fabrice Le Parc, 32 ans, diplômé de HEC Paris, est le fondateur et PDG de Smartdate. Il a travaillé dans de nombreuses start-up, avant de participer en 2003 à deux émissions de télé réalité sur le thème de la rencontre : "Opération Séduction" et "The Bachelorette"  aux Etats-Unis. En 2006, il lance le site de rencontres Be2 en France et au Benelux. Pour le développement de Smartdate en 2010, il s'est entouré d'un équipe de 25 personnes.

Capital risque / Sites de rencontres