Google s'attaque aux comparateurs de produits financiers

Google Advisor Le moteur de recherche lance Google Advisor, un comparateur de produits et services financiers qui s'attaque aux acteurs du secteur.

Les comparateurs de produits et services financiers ont du souci à se faire. Google a annoncé jeudi 19 mai le lancement en version finale de Google Advisor, un outil de comparaison de prêts hypothécaires, cartes de crédit, produits d'épargne, etc. Ce service n'est pour le moment disponible qu'aux Etats-Unis, mais pourrait prochainement faire son apparition dans les pays anglo-saxons avant de s'étendre au reste du monde.


Le lancement de ce projet remonte à 2009, alors que le moteur annonçait le test de liens sponsorisés comparatifs (les "comparison ads") pour des prêts hypothécaires. Ce format indiquait dans un seul lien sponsorisé les taux de plusieurs annonceurs différents. En cliquant sur le lien, l'internaute était redirigé vers une page de comparaison des différentes offres du marché. Depuis, ce service s'est élargi à différents produits et services financiers.


Le lancement de Google Advisor s'intègre dans une stratégie plus large de développement de services de comparaison. Le moteur a par exemple racheté en mars dernier le comparateur britannique BeatThatQuote.com pour près de 44 millions d'euros. Le rachat d'ITA (700 millions de dollars) devrait également lui permettre d'ouvrir une offre de comparaison de voyages. Google dispose par ailleurs d'un comparateur de prix généraliste, Product Search, lancé en France en novembre 2010.


Certains acteurs ne cachent pas leur préoccupation vis-à-vis de cette stratégie. C'est le cas du français Twenga (également actif dans plus d'une quinzaine de pays, dont les Etats-Unis) qui constate un "tour de vis", mis par Google depuis plusieurs mois pour pousser ses propres services verticaux et éliminer leurs concurrents des résultats de recherche naturelle (lire l'article L'arrivée de Panda en France inquiète Twenga, du 19/05/2011).


Avec ce nouvel outil de recherche verticale, Google devrait en tout cas faire tousser les comparateurs spécialisés comme Lowermybills.com ou CreditCards.com à qui il devrait prendre une bonne partie du trafic qu'il pourra monétiser seul. De quoi pousser les concurrents à maintenir leur présence dans le moteur en achetant des liens sponsorisés ? L'opération serait en tout cas profitable pour Google : les mots-clés liés aux produits financiers sont parmi les plus chers sur AdWords (lire le dossier Les mots-clés les plus chers de Google Adwords, du 19/11/2010).

Google / Google, Yahoo, Microsoft