Google répond à l'ultimatum de la Commission européenne

Menacé de sanctions par le commissaire européen à la concurrence, Google vient de donner sa réponse sur d'éventuels abus de position dominante.

Google vient de formuler une proposition en réponse aux préoccupations qu'avait formulées Joaquin Almunia, le commissaire européen à la concurrence, dans un courrier destiné à Eric Schmidt fin mai, l'enjoignant "à prendre des mesures dans les prochaines semaines." "Nous avons fait une propositions pour répondre aux quatre sujets décrits par la Commission européenne comme sujets potentiels de préoccupation", a indiqué un porte-parole, dans un communiqué. Si le contenu des réponses adressées par Google à la Commission n'a pas été révélé, cette dernière a déclaré par l'entremise d'un porte-parole de Joaquin Almunia qu'elle avait accusé réception du courrier et qu'il allait être analysé. Quelle que soit sa décision, il est certains qu'elle sera scrutée avec attention par tout un écosystème, à commencer par les comparateurs de prix qui pointaient du doigt les pratiques anti-concurrentielles de Google, lequel favoriserait ses propres moteurs de recherche verticaux dans son algorithme de recherche.


Google risque des sanctions pouvant aller jusqu'à 10% de son chiffre d'affaires annuel consolidé, même si par le passé, les amendes ont plutôt oscillé entre 1 et 1,5%. Ramené au chiffre d'affaires de Google ce pourcentage avoisine le milliard d'euros (Lire l'interview de Sylvain Justier, La Commission européenne et Google redoutent une procédure longue et coûteuse, du 03/07/2012)

Google / Google, Yahoo, Microsoft