Google note une hausse de la surveillance des gouvernements sur Internet

Entre le second semestre 2011 et le premier semestre 2012, les demandes gouvernementales visant à se renseigner sur des individus ont grimpé de 14% dans le monde et de 10% en France.

Google met à jour son Transparency Report pour la sixième fois et publie les données relatives aux demandes de suppression de contenus, notamment de la part des organisations gouvernementales. Bilan, les requêtes de l'ensemble des gouvernements visant à obtenir des données sur des individus ont grimpé de plus de 14% dans le monde pour atteindre 20 938 requêtes. Celles visant à supprimer des contenus des services de Google ont connu une hausse de 70% et grimpent à 1 789 requêtes.

En France, les demandes de renseignements sur les utilisateurs ont été de 1 546 sur le premier semestre 2012 soit une hausse de 10%. Seules 42% d'entre elles ont été satisfaites au premier semestre 2012. Le nombre requêtes des organisations françaises visant à supprimer des contenus s'élève quant à lui à 72, en hausse de 132% qu'il s'agisse d'ordonnances de tribunaux ou de demandes du pouvoir exécutif.

Depuis 2010, près de 54% des demandes de suppression des pouvoirs français sont réalisées pour des raisons de diffamation. 12% le sont pour des raisons de confidentialité et de sécurité et 13% sont relatives à des contenus pornographiques. Google indique par ailleurs recevoir parfois des ordonnances judiciaires falsifiées auxquelles la société ne fait pas suite.

Dans le monde, ce sont les Etats-Unis qui ont formulé le plus de demande de renseignements sur les utilisateurs (7 969) et Google a répondu favorablement à 90% d'entre elles, soit le taux de réponses positives le plus important dans le Monde. L'Inde arrive en seconde position avec 2 319 demandes. Toujours sur le premier semestre 2012, c'est la Turquie qui a formulé le plus de demandes de suppression de contenus (501), suivie des Etats-Unis (273). La France arrive en septième position.

Juridique / Google