La Hadopi suspend provisoirement sa collaboration avec TMG

Le prestataire technique de la Hadopi est épinglé pour avoir laissé fuiter des informations personnelles concernant des pirates présumés.

La Hadopi a annoncé avoir provisoirement suspendu son interconnexion avec Trident Media Guard (TMG), seule société habilitée par l'autorité administrative à collecter les adresses IP des pirates présumés. Cette société est pointée du doigt pour avoir laissé durant plusieurs jours des fichiers comprenant des informations personnelles d'internautes en accès libre. Selon le site Reflets.info, l'un des serveurs de l'entreprise aurait été laissé sans protection, laissant notamment apparaître "des hashing torrent des œuvres surveillées pour piéger les internautes partageurs, les scripts de traitement des logs, et les IP des connectés aux peers", dans laquelle figurent des adresses d'internautes français.


Le secrétaire général de l'autorité administrative, Eric Walter, précise que l'entreprise devrait faire l'objet de plusieurs expertises techniques. De son côté, TMG affirme à ZDNet "[qu']aucune donnée confidentielle et personnelle n'a été éditée sur Internet". Alain Guislain, président du conseil d'administration de TMG, assure que les données révélée par Reflets.info "proviennent d'un serveur de tests de la société dédié à son équipe de R&D".

Serveurs / Pirate