Loïc Le Meur (PDG de Seesmic.com) "Le Web sur mobile devient meilleur que sur PC"

Le fondateur de Seesmic parie sur le succès des services de géolocalisation, notamment pour les réseaux sociaux, et de l'Internet mobile en 2010.

Quels services vont selon vous émerger du Web en 2010 ?

Loïc Le Meur. Les services de géolocalisation vont exploser cette année et donner lieu à des services inattendus. On en voit les prémices aux Etats-Unis avec le réseau social Foursquare qui permet de savoir où se trouvent ses contacts. Cette tendance va faire évoluer le Web social. Twitter et Facebook nous permettent déjà de savoir ce que font nos contacts. Demain nous saurons en plus où ils sont et où ils sont allés. Le phénomène Twitter n'est que le début d'un phénomène de mise en transparence de sa vie de tous les jours. C'est le Web en temps réel.

 

Quel sera l'intérêt en termes de business ?
Cela aura, par exemple, des conséquences sur le tourisme et les lieux de sortie, puisque l'on saura en temps réel quelles destinations touristiques et quels restaurants sont les plus populaires parmi ses amis, ses connaissances ou le grand public. L'étape suivante, qui interviendra plus tard, ira un peu plus loin dans l'intime. Les gens partageront leurs expériences d'achat. Cette information postée automatiquement sur les réseaux sociaux après des achats sur le Web aura une forte incidence sur les comportements d'achat et donc sur le commerce électronique.

 

Comment jugez-vous le potentiel du marché de l'Internet mobile ?

Il est énorme. Rien que le volume d'affaires sur iPhone se chiffre en milliards de dollars. Par ailleurs, les revenus de la publicité sur mobile décollent. Au point que Google s'est acheté la régie Admob pour 750 millions de dollars et qu'Apple a aussitôt répliqué en acquérant Quattro Wireless pour 275 millions. Ce n'est d'ailleurs pas étonnant que les usages se développent. L'expérience mobile arrive à maturité. Et le Web mobile devient meilleur que sur PC. Le dernier avantage du PC est la taille de son écran.

 

La bonne nouvelle est donc que les revenus sont là. La mauvaise est que se développer sur plusieurs plateformes que sont Android, iPhone et Blackberry coûte très cher. Et ce sera encore pire si Nokia et Microsoft reviennent en force sur les smartphones, ce dont je ne doute pas.

Réseaux sociaux / Seesmic