Michael Arrington, le gourou controversé de la Silicon Valley

Michael Arrington biographie Le fondateur de TechCrunch s'est affirmé comme l'un des personnages les plus influents de l'écosystème du Web. Depuis, plusieurs polémiques ont écorné son image, sans pour autant saper son autorité.

brian solis michael arrington
Michael Arrington est le fondateur de TechCrunch et de Crunchfund. © Brian Solis

Michael Arrington est né le 13 mars 1970 à Huntington Beach, en Californie. Il étudie à Berkeley. Après un transfert à l'université Claremont McKenna, il est diplômé d'économie en 1992. Il entre ensuite à Stanford, où il étudie le droit jusqu'en 1995. Jeune diplômé, il est engagé chez O'Melveny & Myers, où il pratique le droit corporatif, puis chez Wilson Sonsini Goodrich & Rosati. Parmi ses clients, des grands noms comme Netscape, Pixar ou Apple, et de nombreuses start-up et fonds d'investissements. En 1998, il co-écrit un ouvrage sur les IPO, The Initial Public Offering: A Practical Guide for Executives.

En 1999, alors que la bulle Internet est à son paroxysme, Michael Arrington abandonne le droit et rejoint Real Names, une start-up qui vise à remplacer les longues adresses url par des entrées simples et naturelles. Il y officie en tant que vice-président du développement. La start-up échou, entraînée par l'éclatement de la bulle Internet. Arrington rebondit très vite. En 2000, il co-fonde Achex, une société de paiements sur Internet revendue à First Data Corp pour 32 millions de dollars.

TechCrunch le propulse à la tête de la sphère du web

Il passe les années suivantes entre l'Angleterre, le Danemark, le Canada et Los Angeles. Au Canada, il co-fonde Zip.ca, un service de location de DVD en ligne, et Pool.com, fournisseur de noms de domaines. Il est aussi le COO de Razorgator, billeterie en ligne, et fonde Edgeio en 2007. Il siège également au conseil d'administration de la start-up Foldera. Il est consultant pour d'autres sociétés, dont Verisign.

Après la création, en 2005, d'un blog sur l'actualité des start-up de la Silicon Valley, TechCrunch, Arrington s'élève parmi les puissants de l'Internet. Six mois après la création d'Edgeio, il quitte la société pour se consacrer entièrement à TechCrunch. Trois ans plus tard, en mai 2008, le magazine Time le place parmi les 100 personnes les plus influentes du monde. En 2010, Michael Arrington vend Techcrunch à AOL pour 25 millions de dollars et rejoint le fonds d'investissement AOL Ventures, où il ne reste que peu de temps.

Accusé de conflit d'intérêt, il démissionne

En 2011, Michael Arrington fonde une société de capital-risque avec L.G Sieler et Patrick Galagghar, le CrunchFund. Son premier gros investisseur est... AOL, qui lui injecte 8 millions de dollars. Lorsque l'information est révélée, TechCrunch est accusé de conflit d'intérêt. Arrington est obligé de démissionner d'AOL et quitte le magazine.

Depuis octobre 2012, il écrit parfois des colonnes dans TechCrunch. CrunchFund revendique 152 investissements dans 129 sociétés. Parmi elle, uBeam, About.me, Codeacademy, Mindie, PandoDaily, Plain Vanilla et surtout Foursquare, Path, Airbnb et Uber. En parallèle, Michael Arrington tient aussi son propre blog, UnCrunched.

En juillet 2008, Arrington commence un projet appelé le Crunchpad, une tablette abordable, plus d'un an avant la sortie de l'iPad. A la suite de désaccords, les développeurs se séparent d'Arrington et sortent la tablette de leur côté. Ils échouent et font rapidement faillite.

Le gourou du Web est connu pour conseiller aux jeunes entrepreneurs d'abandonner leurs études pour lancer leur business.

En 2013, l'ex-petite amie de Michael Arrington, Jennifer Allen, l'accuse d'agression et de viols. En retour, Arrington porte plainte pour diffamation. Jennifer Allen revient finalement sur ses accusations, un an plus tard, et Arrington abandonne sa plainte pour diffamation après avoir signé un accord avec la jeune femme.

Michael Arrington