Pierre Berecz (PDG d'Indom) "Les gens ne réfléchissent plus que par Google"

Pour le patron du gestionnaire de noms de domaine, l'année 2010 sera réussie si les dictatures de Google et du '.com' pouvaient prendre fin.

JDN. Qu'attendez-vous d'Internet pour 2010 ?

Pierre Berecz. Ce que j'attends de cette année c'est la fin des dictatures, même si je pense être déçu. Je pense à une en particulier, celle de Google, qui devient insupportable. Les gens ne réfléchissent plus que par Google. Si quelqu'un se met à vendre des tournevis, il va créer le Jevendsdestournevis.com, uniquement pour être bien référencé dans Google, peu importe si le nom est ridicule et manque totalement de créativité. Pire, aujourd'hui, la plupart des sites éditent du contenu en fonction de ce qui va remonter ou non dans Google. Tout est calculé en fonction du référencement dans un intérêt commercial. Mais Internet n'a pas été créé pour ça. Dans l'information, il est dangereux que ce média d'agrégation qu'est Google devienne plus puissant que les médias classiques. Tout passe désormais par le prisme de Google. C'est un frein à la pluralité de l'information sur Internet.

 

Comment cela pourrait-il changer ?

L'apparition de nouvelles extensions personnalisées pourrait changer la donne. Par exemple, si Paris crée un '.paris' qui est au même niveau que le '.com' ; il sera plus pertinent d'aller sur le portail de paris pour trouver des informations sur la capitale que sur Google. Ces extensions pourraient aussi mettre à mal la dictature du '.com' sur Internet. Sur les 180 millions noms de domaine déposés, 100 millions sont des '.com'. Mais les choses vont changer, Internet va devenir véritablement multi-culturel. Il sera bientôt possible de déposer un nom de domaine dans tous les alphabets, ce qui était impensable il y a dix ans, quand Internet était 100 % américain.

 

A quels dangers Internet s'expose-t-il aujourd'hui ?

A des tentatives de prise de contrôle. Il ne faut pas brider la créativité sur Internet pour garantir la pluralité de l'information. Plus généralement, il faut se battre pour que la liberté d'expression soit respectée sur Internet. Bien sûr le réseau doit être régulé. Internet ne peut pas s'affranchir des lois. Mais qui a réagi quand la Chine a décidé de soumettre l'acquisition d'un nom de domaine en '.cn' au feu vert de la censure locale sur les contenus du site ?

Google / Nom de domaine