Twitter publie à son tour un Transparency Report

S'inspirant de Google, le site de micro-blogging vient de publier un premier rapport dans lequel il liste les demandes d'informations et de suppressions de contenu des Etats et ayants-droits.

Twitter vient de lancer son premier Transparency Report, un rapport que le site de micro-blogging confesse être directement inspiré de celui effectué par Google (lire l'article : Qui demande à Google de supprimer des contenus ? du 19 juin 2012). L'objectif est ici encore de mettre la lumière sur les demandes des gouvernements pour retirer du contenu ou obtenir des informations sur certains utilisateurs et les demandes des ayants-droits pour supprimer des contenus illégaux. L'occasion de découvrir que le succès croissant du réseau social s'est accompagné d'une vigilance accrue de la part des Etats.


"Nous avons reçu plus de demandes émanant des gouvernements au cours de la première moitié de l'année 2012 que durant toute l'année 2011", explique ainsi un porte-parole de la société. Dans l'immense majorité des cas, les requêtes proviennent des Etats-Unis (679 sur 849).

Google / Twitter