Wikileaks s'héberge chez OVH mais perd son nom de domaine

Lâché par ses prestataires, Wikileaks.org devient Wikileaks.ch et s'héberge (pour le moment) en Suède et chez OVH en France.

Le site qui vient de publier 250 000 câbles diplomatiques américains n'est plus accessible par son nom de domaine Wikileaks.org. Son fournisseur de DNS, EveryDNS a ainsi coupé les ponts avec le site, coupable selon lui de mettre en danger son infrastructure à cause du nombre important d'attaques par déni de service dont Wikileaks est la cible (DDOS). Le site reste néanmoins accessible par le biais de son adresse IP : http://213.251.154.96/, ou par le biais d'un nouveau nom de domaine créé en Suisse, Wikileaks.ch.

 

Cette affaire intervient 24 heures après que le sénateur américain Joe Lieberman ait annoncé qu'Amazon avait cassé unilatéralement le contrat le liant à Wikileaks. Amazon a de son côté nié avoir agi sous la pression politique, mais expliqué que le site violait ses conditions de service en publiant des contenus dont il ne détient pas les droits.

 

Finalement, le site a réussi à trouver un nouvel hébergeur, en France, et plus précisément à Roubaix dans la salle serveur d'OVH, en plus du suédois Bahnhof. Selon l'AFP, le ministre de l'industrie, de l'énergie et de l'économie numérique, Eric Besson, a aussitôt réagi en demandant au Conseil général de l'industrie, de l'énergie et des technologies de faire cesser cette prestation.

Serveurs / OVH