Numericable et SFR en tête des mauvais payeurs selon Bercy

Les deux sociétés reprises par Patrick Drahi sont en tête des entreprises les plus souvent condamnées pour "retard significatifs et répétés dans le paiement des factures fournisseurs".

Si SFR est à la peine dans le classement de la qualité de service mobile de l'Arcep, en arrivant seulement à décrocher une 3e place, il est un autre classement où le groupe de Patrick Drahi semble être à son aise. Ce palmarès, c'est celui des plus mauvais payeurs de France, établi par le ministère de l'Economie, qui devrait être révélé ce lundi et dont BFMTV a publié une version avant l'heure. Cette liste recense plus précisément les sociétés condamnées pour "retard significatifs et répétés dans le paiement des factures fournisseurs" et le total des amendes qui ont été versées. Numericable y tient la première place, avec 375 000 euros d'amende, suivi par ... SFR pour le même montant. Les deux sociétés du groupe Altice sont bien entourées avec Airbus Helicopters, qui a écopé du même montant et suivies de très loin par Paul Prédault et Comasud, un spécialiste du commerce de gros de bois et de matériaux de construction.

Entreprise Montant de la condamnation (euros)
Entreprises condamnées pour "retard significatifs et répétés dans le paiement des factures fournisseurs"
Numericable 375.000
SFR 375.000
Airbus Helicopters 375.000
Paul Prédault 100.000
Comasud 87.900

De manière générale, les retards de paiement ont deux causes majeures. La première c'est de mettre la pression sur un fournisseur pour obtenir une ristourne ou un arrangement. La seconde est une optimisation de la trésorerie de l'entreprise, souvent pour rembourser des dettes contractées par ailleurs : on préfère payer le banquier que le fournisseur. Est-ce que Numericable et SFR relèvent du premier ou du second cas ? Ou des deux ? Quelle que soit la raison de ses retards de paiement, cela confirme ce que de nombreux fournisseurs indiquent depuis quelques mois déjà : elles ont un mal considérable à obtenir leur dû. En France, les retards de paiement sont à la source d'un quart des défaillances d'entreprises et représentent un poids de 15 milliards d'euros pour les trésoreries des sociétés. C'est la raison qui a poussé Emmanuel Macron à annoncer en octobre que ses services révéleraient le nom des plus mauvais payeurs. Mais attention : cette liste ne recense que ceux qui ont été condamnés et donc attrapés !

Autour du même sujet